Ils étaient près de 4000 à défiler samedi lors de deux marches en souvenir de Julie Douib, assassinée par son ex-compagnon dimanche dernier. La première marche qui a rassemblée 3000 personnes, a eu lieu à l’Île-Rousse en Haute-Corse, village où vivait la jeune femme. La marche silencieuse a débuté vers 14h00, devant la résidence où vivait la victime avec ses deux garçons, âgés de 8 et 10 ans. Pour l’évènement, les commerçants avaient baissé leur rideau.

Une autre marche blanche, réunissant près de 900 personnes, a eu lieu à Vaires-sur-Marne en Seine-et-Marne, ville d’où était originaire la jeune femme de 34 ans. 

Muriel Robin demande plus d’acte au gouvernement

Présente dans la foule pour cette marche, l’humoriste et actrice Muriel Robin, très engagée dans la lutte contre les violences conjugales, a appelé à une prise de conscience de la part des pouvoirs publics.

“Je l’ai rencontré Edouard Philippe avec Marlène Schiappa à côté. Ils m’ont dit qu’ils faisaient mieux que ceux d’avant, peut-être, mais ils ne font pas assez. Qu’est-ce qu’il faut que je fasse? Que je m’enchaîne à une barrière à Matignon? On ne peut pas assassiner comme ça, tous les deux jours, une femme qui tombe. Il avait dit Macron que c’était une cause nationale alors maintenant il faut des actes à la hauteur de cette cause nationale parce que ce sont des assassinats! Des hommes assassinent des femmes! On ne peut pas tolérer ça”, a déclaré l’actrice. 

Elle a incarné à l’écran Jacqueline Sauvage, cette femme condamnée pour le meurtre de son mari violent. Elle avait été graciée en 2016 par François Hollande.

Julie Douib est la 30e victime de féminicide en 2019 en France. En 2017, 130 femmes sont mortes en France sous les coups de leur compagnon, ex-conjoint ou concubin, selon le ministère de l’Intérieur.