Des gendarmes blessés, un véhicule incendié: ce que l’on sait de la fête sauvage de 2.500 participants en Bretagne – BFMTV.COM

Spread the love
  • Yum

Malgré le couvre-feu, la fête. Une rave party sauvage, qui a commencé jeudi soir à Lieuron, au sud de Rennes, rassemblait encore vendredi matin environ 2.500 participants. Devant le lieu de rassemblement, ce vendredi en fin de matinée, des véhicules immatriculés de toute la France étaient toujours garés et de très nombreux fêtards étaient encore présents sur fond de musique techno.

Selon la préfecture le nombre de “teufeurs” est estimé vendredi matin à 2.500 “en provenance de différents départements et de l’étranger” et “un important dispositif de gendarmerie est en place afin de sécuriser les abords du site et les axes de circulation”.

“Violente hostilité”

Tout a débuté ce 31 décembre en début de soirée: plusieurs centaines de véhicules sont repérées, convergeant vers une zone d’activités de la commune de Lieuron. Alors, rien d’illégal: le couvre-feu n’a pas commencé. Mais rapidement, la fête débute avec des centaines de personnes réunies dans des hangars désaffectés d’une société de transport le long de la D177 entre Rennes et Redon.  

Les gendarmes ont tenté jeudi soir “d’empêcher cette installation et ont fait face à la violente hostilité de nombreux teufeurs”, selon le communiqué. “Au cours de cette manoeuvre, un véhicule de la gendarmerie a été incendié, trois autres dégradés et les militaires ont essuyé des jets de bouteilles et de pierres, occasionnant des blessures légères”.

Des secouristes ont notamment été déployés sur place pour distribuer gel et masques “afin de limiter les risques de propagation du virus au sein du rassemblement” qui a été interdit par arrêté préfectoral. 

Le parquet a ouvert une enquête, notamment pour “organisation illicite d’un rassemblement festif à caractère musical” ou encore “violences volontaires sur personnes dépositaires de l’autorité publique”, précise la préfecture.  

Une nuit du Nouvel An sous couvre-feu agitée

Si la nuit été “globalement calme” à travers la France, selon un premier bilan dressé par le ministère de l’Intérieur, un nombre important de fêtes clandestines, quelques échauffourées et la mort d’un jeune homme décapité par un feu d’artifice en Alsace ont marqué cette Saint-Sylvestre.

Ainsi, d’autres célébrations clandestines ont été recensées à travers le pays, comme à Marseille, où 300 personnes ont été dispersées par les forces de l’ordre, et Réding, en Moselle, où une rave-party a rassemblé 150 personnes sur un ancien site militaire. 

En Ile-de-France, une dizaine de fêtes “sauvages” au total ont été recensées: en Seine-et-Marne, près de 120 personnes étaient ainsi en cours de verbalisation pour avoir célébré l’entrée dans l’année 2021 dans un hangar désaffecté de la zone industrielle de Chelles. Quatre personnes, dont le vigile et le DJ de la soirée, y ont été entendues en audition libre dans le cadre d’une enquête ouverte pour “mise en danger de la vie d’autrui” et “travail dissimulé”.

Quelque 100.000 policiers et gendarmes étaient mobilisés dans le pays pour faire strictement respecter l’interdiction de sortie et de déplacement imposée, sauf exceptions, entre 20h00 et 6h00 pour lutter contre l’épidémie de Covid-19.  

Leave a Reply

%d bloggers like this: