Dell Technologies affiche un quatrième trimestre mitigé

Spread the love
  • Yum

Dell Technologies affiche un quatrième trimestre mitigé

Dell Technologies a enregistré des résultats mitigés au quatrième trimestre, les bénéfices n’ayant pas été à la hauteur des attentes même si les ventes étaient conformes aux prévisions. La société a déclaré un chiffre d’affaires trimestriel de 24 milliards de dollars, en hausse de 1 % par rapport à l’année précédente, avec des bénéfices de 416 millions de dollars.

Pour l’exercice 2020, Dell Technologies a déclaré des revenus de 92,2 milliards de dollars, soit une hausse de 2 % par rapport à l’année précédente, avec un revenu net de 5,5 milliards de dollars. Dell Technologies a payé 5 milliards de dollars de dette brute au cours de l’exercice 2020, et a terminé le trimestre avec 44,3 milliards de dollars de dette à long terme.

Jeff Clarke, directeur de l’exploitation de Dell Technologies, a déclaré que l’entreprise avait simplifié ses activités et était prête à profiter de « la prochaine décennie numérique ». Dell Technologies a annoncé qu’elle vendrait son unité RSA.

publicité

L’unité PC tient la route

L’unité PC de Dell a réalisé au quatrième trimestre un chiffre d’affaires de 11,8 milliards de dollars, en hausse de 8 %, en raison du cycle de mise à niveau des PC d’entreprise et de la fin de vie des systèmes Windows 7. Le résultat d’exploitation pour le trimestre s’est élevé à 624 millions de dollars.

L’unité d’infrastructure de Dell a connu des difficultés avec des revenus trimestriels de 8,8 milliards de dollars, en baisse de 11 %. Les revenus du stockage ont chuté de 3 % tandis que les revenus des serveurs et des réseaux ont baissé de 19 %. Les revenus d’exploitation se sont élevés à 1,1 milliard de dollars. La société a déclaré que le marché des serveurs était faible en Chine et parmi les grandes entreprises aux Etats-Unis et en Europe.

VMware a réalisé de bonnes performances pour Dell Technologies. Le groupe fait de VMware le pivot des stratégies de Cloud hybride, de centre de données en tant que service et d’utilisateur final.

Le coronavirus aura un impact négatif au T1

Lors d’une conférence téléphonique avec des analystes, le directeur financier Thomas Sweet a donné des perspectives quelque peu aigres en se basant sur la demande des serveurs, les coûts des composants et autres pièces mobiles. Il a noté que les prévisions pour l’exercice 2021 ne tiennent pas compte de l’impact du coronavirus.

Thomas Sweet a déclaré qu’en supposant que la vente de RSE se termine au troisième trimestre fiscal, les recettes annuelles se situeront entre 91,8 et 94,8 milliards de dollars. Wall Street s’attendait à des recettes de 93 milliards de dollars pour l’exercice 2021.

« Ces prévisions pour l’année entière ne tiennent pas compte de l’impact potentiel de COVID-19. Comme nos clients, notre priorité absolue est d’assurer la santé et la sécurité de nos employés et des communautés. Nous prévoyons un impact négatif sur le premier trimestre en raison des ralentissements en Chine, notre deuxième plus grand marché. Nous gérerons la dynamique liée à la chaîne d’approvisionnement avec des délais prolongés pour certains produits, en particulier chez les clients », a précisé le directeur financier.

L’impact du Coronavirus se manifeste de deux façons : « l’un concerne nos activités en Chine, qui se sont manifestement ralenties avec le ralentissement de l’économie chinoise, compte tenu de ce qu’ils doivent endurer pour essayer de contenir le virus. Nous nous attendons à un impact au premier trimestre dans le secteur chinois lui-même. La question est alors de savoir, dans la mesure où il existe une dynamique de la chaîne d’approvisionnement ou des délais, comment considérer la demande comme un produit périssables ou si elle est différée. Je pense qu’à l’heure actuelle, nous pensons que, dans la mesure où la seule demande que nous voyons comme périssable à ce stade est la demande des consommateurs, là où ils veulent acheter un produit maintenant. Et si vous n’avez pas le bon produit ou si les délais ne fonctionnent pas, peut-être qu’ils iront ailleurs », a poursuivi Thomas Sweet.

« Nous allons évidemment continuer à affiner cela à mesure que nous avancerons et que nous en apprendrons davantage sur les impacts. Mais je pense que pour l’ensemble de l’année, nous sommes satisfaits de nos prévisions de trésorerie à l’heure actuelle. »

Source : ZDNet.com

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *