Déconfinement : Les forces de l’ordre très mobilisées à l’occasion du pont de l’Ascension – 20 Minutes

Spread the love
  • Yum
Des policiers effectuant des contrôles dans un RER le 15 mai 2020 — THOMAS COEX / AFP
  • Si le gouvernement a enclenché le déconfinement le 11 mai dernier, les Français ne peuvent pas s’éloigner de leur domicile principal au-delà de 100 km.
  • A l’occasion du pont de l’Ascension, nombreux sont ceux qui pourraient avoir envie de partir à la mer ou à la campagne afin de profiter du beau temps.
  • Mais les forces de l’ordre seront très présentes dans les gares et le long des routes pour faire respecter cette mesure voulue par le gouvernement pour limiter la propagation du virus sur le territoire.

Un grand ciel bleu sur (presque) toute la France. Un pic de chaleur attendu entre jeudi et vendredi… La météo s’annonce estivale à l’occasion de ce long week-end de l’Ascension. Conséquence : nombreux pourraient être ceux tentés, après deux mois de confinement, par l’idée d’aller prendre l’air à la plage ou de rejoindre leur résidence secondaire loin de la ville, quitte à braver l’interdiction de se déplacer à plus de 100 km de son domicile. Pour cela, ils devront échapper aux forces de l’ordre qui seront largement mobilisées ces prochains jours sur tout le territoire pour les en dissuader.

« Durant le confinement, la règle c’était l’interdiction stricte de se déplacer. Désormais, les gens sont libres de circuler mais autour de leur lieu de résidence », rappelle-t-on place Beauvau. Les forces de l’ordre seront amenées à demander aux personnes contrôlées un justificatif de domicile afin de s’assurer qu’elles s’en trouvent bien à moins de 100 km de chez elles, surtout si elles ont quitté leur département.

Dans le cas contraire, elles encourent une amende de 135 euros, 200 euros en cas de récidive. Depuis le 11 mai, environ 200.000 contrôles ont été effectués et 950 amendes dressées, a indiqué mercredi sur BFMTV le secrétaire d’Etat chargé des Transports, Jean-Baptiste Djebbari.

Sept motifs autorisés

Pour parcourir une distance supérieure à 100 km, « les gens doivent avoir une bonne raison », ajoute l’entourage du ministre de l’Intérieur, précisant qu’ils doivent être en mesure de présenter la déclaration de déplacement disponible sur le site du ministère de l’Intérieur « dûment remplie ». Le gouvernement autorise ces déplacements dans sept cas très précis. Parmi eux, les trajets entre le domicile et un établissement scolaire, les déplacements professionnels « qui ne peuvent pas être différés », ceux « pour consultation de santé et soins spécialisés ne pouvant être assurés à distance », ou ceux « pour motifs familiaux impérieux ».

Les personnes contrôlées qui auraient coché cette dernière case sur leur attestation devront présenter un document justifiant leur déplacement. « Un livret de famille », par exemple, dans le cadre des gardes d’enfants alternées, ou le « formulaire d’une maison de retraite » s’il s’agit de rendre visite à un proche âgé, explique-t-on au ministère de l’Intérieur. En revanche, partir en vacances ou en week-end loin de chez soi reste interdit.

Accompagner le déconfinement

A l’occasion du pont de l’Ascension, les policiers seront donc particulièrement mobilisés dans les gares pour veiller au bon respect de cette mesure imposée par le gouvernement pour limiter la diffusion du virus sur le territoire, en particulier ceux classés « verts ». « Si les gens descendant du train n’ont pas d’attestation, il sera facile de constater qu’elles se trouvent à plus de 100 km de chez elles », souffle une source policière, soulignant que les fonctionnaires sauront faire preuve de discernement en fonction des situations rencontrées.

De son côté, la gendarmerie nationale sera très présente le long des nationales et aux abords des péages autoroutiers. Comment les militaires pourront-ils avoir le cœur net qu’un automobiliste contrôlé dans un autre département sans motif valable se trouve bien à moins de 100 km de son domicile ? « Nous utilisons l’application OsmAnd qui est accessible depuis les tablettes Neogend », indique un officier. Ce dernier assure que les gendarmes feront, eux aussi, preuve de discernement et de « bienveillance ». « Nous sommes dans l’accompagnement du déconfinement, poursuit-il. L’idée, c’est de responsabiliser nos concitoyens. »

488 partages

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *