De plus en plus isolée face au coronavirus, la Chine enregistre 259 morts et près de 12.000 infections – BFMTV.COM

Spread the love
  • Yum

La Chine est samedi de plus en plus isolée par la crise du nouveau coronavirus, les Etats-Unis et l’Australie sonnant la charge contre les voyageurs en provenance de ce pays, où l’épidémie a passé le cap des 250 morts.

L’Afrique et l’Amérique du Sud épargnées

Tandis que les premiers Français rapatriés de la ville de Wuhan, berceau de l’épidémie, ont passé leur première nuit dans un centre de vacances à Carry-le-Roüet (Bouches-du-Rhône), le Royaume-Uni, la Russie et la Suède ont fait état de leurs premiers cas de contamination. Le virus touche désormais plus d’une vingtaine de pays.

L’Afrique et l’Amérique du Sud semblent encore à l’abri de l’épidémie qui a tué 259 personnes en Chine, après un nouveau record de 46 décès enregistrés en l’espace de 24 heures. Le nombre de personnes contaminées en Chine a également augmenté, atteignant 11.791, soit plus de 2100 nouveaux cas pour la journée de vendredi, a annoncé samedi la Commission nationale de la santé. 

L’Australie, les États-Unis et plusieurs pays asiatiques ont décidé d’interdire l’entrée sur son territoire à tous les non-résidents arrivant de Chine. Ce samedi, le Vietnam a suspendu à son tour toutes ses liaisons aériennes avec la Chine.

“Mesures excessives”

Des mesures rapidement dénoncées par Pékin. “Il n’est pas nécessaire de paniquer inutilement, ni de prendre des mesures excessives”, a estimé l’ambassadeur de Chine à Genève, Xu Chen, déclarant que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) faisait “pleinement confiance à la Chine”.
    
Avant même les dernières annonces américaines, le régime communiste s’en était déjà pris à Washington, qui avait recommandé à ses ressortissants de ne pas se rendre en Chine ou de quitter ce pays s’ils s’y trouvaient.

“Les paroles et les actes de certains responsables américains ne sont ni fondés sur les faits ni appropriés”, avait fustigé une porte-parole de la diplomatie chinoise, Hua Chunying.

Les “remords” du Parti communiste de Wuhan

Le virus est probablement apparu dans un marché de Wuhan, la capitale de la province de Hubei, où des animaux sauvages étaient vendus. L’épidémie s’est répandue rapidement, à la faveur des grandes migrations qui accompagnent traditionnellement les fêtes du Nouvel An chinois. Elle a ensuite gagné une vingtaine de pays. 
    
Un haut responsable du Parti communiste de Wuhan a exprimé vendredi ses “remords”, estimant que les autorités locales n’avaient pas réagi assez vite pour contenir l’épidémie. 

“L’épidémie aurait alors probablement pu être atténuée, elle ne serait pas devenue ce qu’elle est aujourd’hui”, a souligné Ma Guoqiang, vice-secrétaire du PCC pour le Hubei.

Leave a Reply