Dans le Michigan, Trump promet «une magnifique victoire» – Libération

Spread the love
  • Yum

Ils étaient une cinquantaine ce matin, dès 7 heures, à l’ouverture du bureau de vote installé dans l’église Broadway United Methodist, dans le centre-ville d’Orlando. Dans une fraîcheur inhabituelle – 13 degrés – pour la Floride, les électeurs patientent dans le calme et à bonne distance les uns des autres. Renan, la trentaine, sort du bâtiment. La trentenaire a voté Biden, sans conviction. «Je n’aime pas le système bipartite, mais je n’aime pas non plus Donald Trump. Et en Floride, chaque voix peut compter, notre responsabilité est grande en tant qu’électeur». Elle dit espérer que «quel que soit le résultat, tout le monde restera calme et rationnel».

Jeff Ringer (photo), 67 ans, a lui voté Trump, comme en 2016. «Je vote toujours le jour de l’élection, pour moi c’est un moment important, une fête, un peu comme Noël», dit-il en souriant. La politique, pourtant, ne fait plus sourire grand monde aux Etats-Unis : «La division est réelle. J’ai trois frères, qui votent tous Biden. Ils ont toujours voté démocrate, et moi républicain, cela n’avait jamais posé problème avant Trump. Maintenant, je ne peux plus parler politique avec deux d’entre eux». Ce fils de militaires estime que l’intolérance, souvent reprochée au président, est en réalité dans l’autre camp : «Je respecte le choix de mes frères de voter pour Biden. Pas eux. Ils considèrent qu’en votant pour Trump, je suis un idiot qui nuit aux intérêts de mon pays.» Ce soir, il regardera les résultats toute la nuit s’il le faut, «avec un bon verre de vin rouge». Et dit espérer que «le perdant, quel qu’il soit, appellera ses partisans à panser leurs plaies dans le calme et sans violences».

Frédéric Autran (à Orlando)

Leave a Reply

%d bloggers like this: