Dans la bataille contre la désinformation, Facebook durcit le ton face à Donald Trump

Spread the love
  • Yum

Dans la bataille contre la désinformation, Facebook durcit le ton face à Donald Trump

Une vidéo publiée sur la page Facebook du président américain Donald Trump a été retirée par Facebook, car elle contredit les règles de la plateforme sur la désinformation à l’ère de la crise sanitaire.

La vidéo montrait des extraits d’une interview sur la chaîne de TV Fox News, où Donald Trump faisait pression pour la réouverture des écoles, et au cours de laquelle, il avait déclaré que les enfants étaient « pratiquement immunisés » contre le coronavirus. « Si vous regardez les enfants, ils sont presque – et je dirais presque définitivement – mais presque immunisés contre cette maladie. Ils sont si peu nombreux – ils sont plus forts, c’est difficile à croire, et je ne sais pas ce que vous en pensez, mais ils ont un système immunitaire beaucoup plus fort que le nôtre, d’une manière ou d’une autre, pour cette maladie », a déclaré le président lors de l’interview.

La vidéo, qui n’est plus disponible sur Facebook, est toujours disponible sur le compte Twitter du président, où elle a été visionnée plus de 916 000 fois. « Cette vidéo contient de fausses déclarations selon lesquelles un groupe de personnes est immunisé contre Covid-19, ce qui constitue une violation de notre politique en matière de désinformation nuisible sur le Covid-19 », a déclaré le porte-parole de Facebook, Andy Stone, dans une déclaration publiées sur CNET.

publicité

Facebook rejoint Twitter

Le règlement de Facebook décrit ce qui est et ce qui n’est pas autorisé, élaboré sur la base des commentaires de sa « communauté » et des conseils d’experts dans des domaines tels que la technologie, la sécurité publique et les droits de l’homme. « Nous voulons que les gens puissent parler ouvertement des questions qui les concernent, même si certains peuvent ne pas être d’accord ou les trouver répréhensibles », écrit Facebook.

Le réseau social a déclaré que les conséquences d’une violation de ses normes varient en fonction de la gravité des propos tenus et des antécédents sur la plateforme. « Par exemple, nous pouvons avertir quelqu’un pour une première infraction, mais s’il continue à violer nos politiques, nous pouvons restreindre sa capacité à publier sur Facebook ou désactiver son profil », note le règlement. « Nous pouvons également avertir les forces de l’ordre lorsque nous pensons qu’il existe un risque réel de dommage physique ou une menace directe pour la sécurité publique ».

Twitter, quant à lui, a été accusé par Donald Trump de s’immiscer dans l’élection présidentielle de 2020, après que l’entreprise a mis en place des liens de vérification des faits sur ses tweets qui prétendaient que le vote par correspondance conduirait à une « élection truquée ».

Source : ZDNet.com

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *