Cybersécurité : Vade Secure condamné à verser 13,5 millions de dollars à Proofpoint

Spread the love
  • Yum

Cybersécurité : Vade Secure condamné à verser 13,5 millions de dollars à Proofpoint

Set et match pour Proofpoint. Au terme d’une longue procédure judiciaire menée à l’encontre de la société française Vade Secure pour vol de propriété intellectuelle, le géant américain de la cybersécurité s’est vu attribuer 13,5 millions de dollars de dommages et intérêts. Mardi, la société de cybersécurité a déclaré qu’un jury fédéral américain avait conclu à l’unanimité que Vade Secure, une société française de sécurité de la messagerie électronique – également connue sous le nom de Vade – avait “délibérément détourné plus d’une douzaine de secrets commerciaux et violé des droits d’auteur appartenant à Proofpoint”, aux côtés de sa filiale Cloudmark.

Selon la direction de Proofpoint, l’ancien vice-président de Gateway Technology chez Cloudmark, Olivier Lemarié, aurait partagé des secrets commerciaux avec Vade lorsqu’il a rejoint l’entreprise en 2017. Et de citer l’utilisation de la propriété intellectuelle appartenant à l’entreprise dans des produits comme sa solution de écurisation de messageries électroniques ou son logiciel Vade MTA Builder.

“Depuis le début de la procédure judiciaire en juillet 2019, Proofpoint a pu rassembler des preuves confirmant que M. Lemarié, ancien Vice-Président de Gateway Technology chez Cloudmark, a récupéré et utilisé le code source de Cloudmark ainsi que des informations confidentielles et protégées appartenant à celle-ci au moment de son embauche par Vade Secure en tant que Chief Technology Officer en 2017”, faisait valoir la direction de Proofpoint en avril dernier. “Bien que nous soyons favorables à la concurrence loyale et à la collaboration au sein de la communauté de la cybersécurité, le détournement, la copie et le vol de notre propriété intellectuelle nous ont obligés à faire valoir vigoureusement nos droits”, a commenté Gary Steele, le patron de Proofpoint au terme de la procédure.

publicité

Une amende imposante

En avril, la direction de Proofpoint avait déjà déclaré que des preuves avaient été trouvées que l’ancien dirigeant avait “pris et utilisé” la propriété intellectuelle et le code source des produits de sa filiale Cloudmark lorsqu’il a rejoint Vade en qualité de directeur technique. Ce dernier aurait “notamment copié littéralement le code source de Cloudmark dans le code de Vade Secure”. Selon Proofpoint, Vade aurait exploité un total de 20 secrets commerciaux lui appartenant. La justice américaine a validé plusieurs arguments présentés par Proofpoint dans son verdict final, y compris des éléments du code source MTA/CSP et Trident de Cloudmark tels que des règles heuristiques, des classificateurs et des modèles statistiques. 

L’amende de 13,5 millions de dollars a été prononcée pour compenser un “enrichissement sans cause” et une rupture de contrat, bien qu’aucun dommage et intérêt punitif n’a encore été accordé. Une décision sur les dommages et intérêts potentiels est attendue en octobre, comme le relève la direction de Proofpoint.  Le géant américain de la cybersécurité a ajouté qu’elle avait l’intention de demander une injonction pour “remédier aux dommages actuels et futurs” causés par la perte de propriété intellectuelle.

“Bien que nous espérions avoir gain de cause sur toutes les revendications, nous sommes heureux que le jury ait vu que les revendications de Proofpoint et Cloudmark allaient trop loin, comme en témoigne leur décision sur les dommages et intérêts”, a relevé la direction de Vade, qui réfléchit maintenant à la suite à donner à cette procédure.  

Leave a Reply

%d bloggers like this: