Le constructeur aéronautique et aérospatial américain Boeing a sans doute des problèmes avec la qualité de sa production, a estimé dans un entretien accordé à Sputnik Makar Axenenko, ancien pilote militaire et actuel pilote de ligne russe.

C’est ainsi qu’il a commenté les deux crashs récents des Boeing 737 MAX 8, et en particulier celui d’Ethiopian Airlines. Les appareils se sont écrasés tous les deux peu après le décollage.

«Les deux derniers crashs en six mois, ce n’est plus un hasard. Il y avait effectivement auparavant d’autres catastrophes qui n’étaient pas moins retentissantes. Rien qu’en Russie, on se souvient notamment du Boeing-737 de la compagnie FlyDubai qui s’est écrasé à Rostov-sur-le-Don sans laisser de survivant, ou du crash d’un Boeing à Kazan», a indiqué l’expert.

Et de rappeler qu’à l’époque, toute la responsabilité était imputée d’emblée aux pilotes, accusés de ne pas savoir piloter.

«L’enquête était sciemment détournée d’une erreur programmée dans le logiciel du système de pilotage du Boeing-737, d’éventuels problèmes dans la construction du stabilisateur et du système de commandes. […] Jusqu’ici, tout cela a été “étouffé” par les lobbyistes de Boeing [que ce soit en Russie ou ailleurs, ndlr]», a expliqué M.Axenenko.

Selon ce dernier, l’actuel retentissement international du crash du Boeing 737 MAX 8 d’Ethiopian Airlines et le risque de perdre dans leur concurrence avec Airbus ont poussé «les Américains au pied du mur».

«Il devront finalement résoudre les problèmes de fiabilité des derniers modèles des avions de ligne Boeing, qu’il s’agisse de la fiabilité et des délais de la mise en exploitation du Dreamliner, ou de la fiabilité du 737 MAX. Rappelons que ces deux modèles ont été mis au point avec une hâte incroyable pour rattraper Airbus», a résumé l’expert.

Le 29 octobre 2018, un Boeing 737 MAX de la compagnie aérienne Lion Air s’est abîmé dans la mer de Java peu après son décollage de Jakarta. Les 189 personnes qui se trouvaient à bord de l’avion ont péri dans cette catastrophe. Selon les données d’une boîte noire de ce Boeing, au moins six défaillances techniques ont été enregistrées.

Le 10 mars, un Boeing 737 MAX 8 de la compagnie aérienne Ethiopian Airlines, avec à son bord 157 personnes, s’est écrasé au sud-est d’Addis-Abeba, sans laisser de survivants. D’après le contrôleur aérien Flightradar24, la «vitesse verticale de l’avion était instable après le décollage».