Crash en Iran : Donald Trump fait part de sa « suspicion » – 20 Minutes

Spread the love
  • Yum
Une aile du Boeing de la compagnie Ukraine International Airlines qui s’est écrasé en Iran le 8 janvier 2020. — Ebrahim Noroozi/AP/SIPA

« J’ai mes doutes. » Interrogé sur le crash du Boeing 737 d’Ukraine International Airlines à Téhéran, qui a fait 176 morts vendredi, le président américain Donald Trump a fait part de sa « suspicion » sur l’origine de l’accident. « J’ai le sentiment que quelque chose de terrible s’est passé (…) Quelqu’un a pu faire une erreur (…) Je ne sais pas », a indiqué le président américain.

Selon plusieurs médias, plusieurs hauts responsables américains estiment que l’Iran a abattu par erreur l’avion ukrainien. Les chaînes de télévision CNN et CBS et le magazine Newsweek citent des responsables, sous couvert d’anonymat, qui sont convaincus que la défense anti-aérienne de Téhéran a abattu le vol PS752 d’UIA juste après son décollage. Selon le New York Times, le renseignement américain à “un niveau de certitude élevée”

Ce jeudi matin, l’Organisation de l’aviation civile iranienne (CAO) avait indiqué que l’appareil avait fait demi-tour après un « problème »​. « L’avion a disparu des écrans radars au moment même où il atteignait une altitude de 8.000 pieds [environ 2.400 m]. Le pilote n’a transmis aucun message radio concernant des circonstances inhabituelles », a précisé la CAO dans son premier rapport d’enquête préliminaire.

« Aucun sens, selon l’Iran »

Les autorités iraniennes, elles, ont affirmé que les « rumeurs » selon lesquelles l’avion aurait été abattu par un missile n’avaient « aucun sens ». Le Boeing de Ukraine International Airlines (UIA) a décollé mercredi matin de Téhéran en direction de Kiev avant de s’écraser deux minutes après, tuant les 176 personnes à bord, principalement des Iraniens et des Canadiens.

Une cinquantaine d’experts ukrainiens sont arrivés jeudi à Téhéran jeudi pour participer à l’enquête et notamment au décryptage des boîtes noires du Boeing. « A un moment ou à un autre, ils remettront les boîtes noires, idéalement à Boeing, mais s’ils les donnent à la France ou un autre pays, cela irait aussi », a affirmé Donald Trump.

Rien n’oblige formellement l’Iran à faire analyser ce matériel aux Etats-Unis, mais tout pays n’en ayant pas les moyens techniques peut confier la tâche à un des rares en capacité de le faire (Etats-Unis, Allemagne et France, notamment). Kiev examine différentes hypothèses parmi lesquelles un tir de missile antiaérien, l’explosion d’une bombe placée à bord, ou encore une collision avec un drone.

26 partages

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *