Covid-19 : restaurants, bars, salles de sports, mariages… de nouvelles restrictions et beaucoup de questions – LaDepeche.fr

Spread the love
  • Yum

l’essentiel Le ministre des Solidarités et de la Santé, Olivier Véran, a annoncé mercredi une série de nouvelles mesures de restriction, avec notamment le passage du département de la Haute-Garonne en zone d’alerte renforcée. Mais de nombreuses questions restent en suspens.

Qui devra fermer ses portes à partir de 22 heures : les bars ou les restaurants ? Les deux ? Et dans quelles limites géographiques ? Les nouvelles mesures de lutte contre le coronavirus annoncées ce mercredi 23 septembre par Olivier Véran se limitent-elles, en ce qui concerne Toulouse, à la ville elle-même ? Ou à son agglomération ? Au département ? Difficile d’y voir clair. On fait le point.

  • Mariages, anniversaires : à combien pouvons-nous nous réunir ?

Quel que soit l’événement privé concerné, la jauge maximale du nombre de personnes autorisées à se rassembler est fixée à 30 personnes pour tous les départements classés en risque 1 sur une échelle allant de 0 à 3. Il s’agit des départements dits en “zone d’alerte”. Dans la région Occitanie, cela implique quasiment tous les départements, à l’exception du Lot (risque 0) – le Lot-et-Garonne, en Nouvelle Aquitaine, est aussi en risque 0.

En ce qui concerne la Haute-Garonne et l’Hérault (risque 2, “zone d’alerte renforcée”), les restrictions sont encore plus sévères : les rassemblements de plus de dix personnes dans l’espace public sont interdits, et les salles des fêtes sont condamnées à rester fermées. Cependant, un doute subsiste encore sur le périmètre sur lequel s’appliqueront ces nouvelles mesures, puisque Olivier Véran a uniquement évoqué lors de ses annonces les “métropoles” de Toulouse et de Montpellier.

Contactée, la préfecture de Haute-Garonne a ainsi fait savoir que la question du périmètre d’application est toujours en réflexion. Le ministre de la Santé a d’ailleurs précisé qu’un délai de 48 heures était accordé aux préfectures des zones concernées pour discuter avec les élus locaux de ces nouvelles mesures. Délai dont compte bien profiter la préfecture de Haute-Garonne, qui ne fera certainement ses annonces que ce vendredi 25 septembre, pour une mise en application le lendemain en ce qui concerne la limitation du nombre de personnes lors des rassemblements.

A lire aussi : Coronavirus. Toulouse en zone d’alerte renforcée, bars fermés à Aix-Marseille : ce qu’il faut retenir des annonces d’Olivier Véran

  • Bars, restaurants : qui est concerné par l’obligation de fermer à 22 heures ?

La mesure en question ne concerne, en Occitanie, que les départements classés en zone d’alerte renforcée : Haute-Garonne et Hérault. Lors de sa prise de parole, Olivier Véran a ainsi évoqué l’obligation pour les bars de fermer à 22 heures, sans parler des restaurants. De quoi semer la confusion dans l’esprit des restaurateurs, comme Philippe Etchebest, très en colère mercredi soir après ces nouvelles annonces.

Le flou demeure en effet : quid par exemple des bars qui servent aussi à manger ? Où se situerait la limite ? Ces questions sont pour le moment sans réponse et font partie des réflexions engagées entre préfectures et élus locaux. Quid du périmètre d’application également ? Là encore, dans son discours, Olivier Véran a semble-t-il laissé la porte ouverte à la réflexion, mais les deux métropoles devraient, a minima, être concernées. Enfin, le ministre de la Santé laisse le soin aux préfets d’ordonner la fermeture des bars encore plus tôt s’ils l’estiment nécessaire. Cette nouvelle mesure entrera en application ce lundi 28 septembre.

A lire aussi : Faut-il fermer les bars à 22 heures pour lutter contre le coronavirus ?

  • Salles de sport, gymnases : jusqu’où s’applique la règle ?

Le ministre de la Santé n’a pas laissé beaucoup de place au doute sur ce sujet, ordonnant purement et simplement la fermeture de toutes les salles de sport et des gymnases : “des espaces confinés où le port du masque est impossible, ou a minima complexe, et qui sont hélas des lieux de contamination importants”.

Tel qu’il l’a annoncé, on comprend que cette nouvelle mesure doit s’appliquer à partir de ce samedi 26 septembre. Quid alors des rencontres sportives qui se déroulent en intérieur (handball, volley, basket…) ? Ce week-end, Toulouse doit accueillir le “final four” de la Coupe de France 2019-2020 de volley-ball dans une enceinte dont la jauge a été ramenée à 1000 personnes. Va-t-il pouvoir se tenir alors qu’il a déjà été reporté à cause de la crise sanitaire ? Les clubs sont dans l’attente de la décision préfectorale, mais les autorités locales ont-elles seulement le choix ?

J-2 ! RDV 20h VS Poitiers !

Pierre Derouillon : “on a vraiment hâte de rejouer. Encore plus devant notre public ! Ce public qui est un moteur pour nous, qui nous donne souvent des ailes et nous aident à accomplir des exploits. Alors, s’il vous plait, samedi, ON LACHE RIEN ! ” pic.twitter.com/IO7Eq34Q1C

— Spacer’s Toulouse (@SpacersToulouse) September 24, 2020

  • Spectacles, transports : où en est-on ?

Pour le moment, aucune annonce n’a été faite concernant d’éventuelles restrictions supplémentaires dans les transports en commun. De quoi surprendre une partie de la population qui s’interroge sur la pertinence d’interdire d’un côté en mettant en danger certains secteurs (restauration, salles de sport…), et de l’autre, continuer à permettre que des dizaines de personnes s’entassent dans les transports en commun.

C’est pas une blague, ils vont interdire les restaurants, les salles de sport, les bars, les rassemblements de plus de 30 personnes en lieu public…

En revanche les classes de 35 élèves, les usines, le métro, les bus… Pas de #Covid_19.

Pas de problème ! #reconfinement

— Gaëtan Escorbiac (@GaetanEscorbiac) September 24, 2020

Concernant les salles de spectacle, la seule nouvelle mesure contraignante concerne la jaune rabaissée à 1000 personnes au lieu de 5000 pour les départements classés en “zone d’alerte renforcée” (Haute-Garonne et Hérault). Mais là encore, dans son discours, le ministre n’a parlé que des métropoles.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *