Covid-19 : protocole sanitaire renforcé au lycée et bac chamboulé – Le Parisien

Spread the love
  • Yum

Le baccalauréat, déjà totalement chamboulé lors de sa cuvée 2020, va être encore très fortement impacté pour son édition 2021 en raison de la pandémie. Après avoir notamment rencontré ce jeudi les syndicats des personnels de direction des établissements et les élus des conseils académiques de la vie lycéenne, le ministre de l’Education, Jean-Michel Blanquer, a décidé d’ores et déjà d’en bouleverser l’organisation en mettant en place différentes mesures « à titre exceptionnel » dévoilées dans la soirée.

Les évaluations communes qui concernent autant les élèves en terminale et que ceux de première sont annulées. Les notes de ces partiels sont remplacées par les moyennes de bulletins scolaires des élèves de première et terminale. L’ensemble des disciplines soumises cette année à un contrôle continu ne reposera, donc cette année, que sur le fondement des notes obtenues en classe. Concrètement, cette mesure concerne l’histoire-géographie, les langues vivantes, la spécialité qui n’est pas poursuivie (le lycéen n’en a plus que deux en terminale contre trois en première), ainsi que les maths pour la voie technologique et l’enseignement scientifique en filière générale.

Formats d’épreuves modifiés

Les épreuves relatives aux enseignements de spécialité en terminale, qui comptent pour l’orientation dans le supérieur, sont, elles maintenues et auront lieu, comme prévu, en mars. Les notes obtenues pourront être prises en compte au sein de Parcoursup dont « le calendrier sera inchangé ». En revanche, en raison du contexte sanitaire qui peut compliquer les apprentissages en classe et ne garantit pas de pouvoir aller au bout des programmes, « le format des épreuves est adapté pour garantir que les élèves seront interrogés sur des éléments effectivement étudiés ».

Toutes les disciplines concernées proposeront, notamment, « deux sujets ou des exercices au choix afin de couvrir l’ensemble des thématiques ». Des grilles dévaluations précises « accompagneront ces sujets pour les correcteurs ». Pour les candidats ne pouvant prendre part, « pour cause de force majeure », aux épreuves de spécialité du mois de mars, une session de remplacement sera mise en place en juin. Le locataire de la Rue de Grenelle n’a pas évoqué l’épreuve écrite de philosophie et celle du grand oral de terminal qui, à ce jour, sont donc toujours maintenues fin juin-début juillet.

Accueil en demi-groupe ou travail à distance

Par ailleurs, Jean-Michel Blanquer a indiqué que le protocole sanitaire allait être renforcé, en privilégiant les cours à distance. « Un plan de continuité pédagogique garantissant 50 % de cours en présentiel pour chaque élève mis en place chaque fois que nécessaire », s’est-il ainsi engagé sur Twitter. « Il importe que chaque élève soit présent en cours au moins la moitié du temps scolaire », écrit-il aux chefs d’établissement et professeurs dans un courrier. Le reste du temps, chaque établissement peut mettre en place un « accueil en demi-groupes », « par niveau » ou « le travail à distance un ou deux jours par semaine ».

Ces modifications interviennent alors qu’un appel à une « grève sanitaire » mardi prochain a été lancé ce jeudi par les principaux syndicats de l’enseignement jugeant le protocole actuel insuffisant et que des tentatives de blocages ont eu lieu ces derniers jours dans plusieurs lycées de l’Hexagone sous l’impulsion des élèves.

Leave a Reply

%d bloggers like this: