Covid-19 : Olivier Véran reconnaît «un manque de clarté dans l’explication de la campagne vaccinale» – Le Parisien

Spread the love
  • Yum

Efficace? Sûr? Disponible? Oui, le vaccin contre le Covid-19 est tout cela. Le ministre de la Santé l’a affirmé ce dimanche matin sur les ondes d’Europe 1. Mais comment expliquer que la France ait eu un si gros retard à l’allumage pour l’administrer? Il y a eu « un manque de clarté dans l’explication de la campagne vaccinale », a défendu Olivier Véran, assurant que « nous avons sans doute internalisé l’espèce de défiance générale vis-à-vis des vaccins dont on parlait en permanence sur les plateaux et dans les familles ». Comprendre que le gouvernement a d’abord parlé aux sceptiques de la vaccination, sans s’adresser à la part de la population qui trépigne d’impatience pour se faire vacciner.

D’où les immenses précautions pour expliquer le vaccin aux résidents des Ehpad, le public prioritaire du début de la campagne lancée le 27 décembre dans tous les pays de l’Union européenne, et qui souffre d’un grand retard en France. « Soyons sérieux deux minutes ! Aucun résident d’Ehpad ne reçoit 58 pages de documents lui expliquant comment organiser la logistique de la vaccination », a poursuivi le ministre, en référence à la littérature reçue par les directeurs des maisons de retraite pour les aider à recueillir le consentement de leurs pensionnaires, qui a suscité de nombreuses critiques.

« Fin janvier, nous aurons vacciné plus d’un million de Français »

Mais Olivier Véran attribue également la lenteur des débuts à un « manque d’expérience par rapport à ce vaccin ». La confiance est venue « au bout d’une semaine, avec des millions de personnes vaccinées » à travers le monde. « Et les scientifiques eux-mêmes qui nous disaient d’être prudents ont estimé que l’on pouvait accélérer », a-t-il fait valoir.

De fait, « à la fin du mois de janvier, nous aurons vacciné plus d’un million de Français », a-t-il promis, grâce à deux outils : des centres de vaccinations – « nous avons, contrairement aux Allemands, 10 fois plus de centres opérationnels pour pouvoir vacciner en proximité les personnes âgées » – et un site Internet qui sera accessible à compter du 14 janvier, soit jeudi. Via ce site, les plus de 75 ans pourront prendre un rendez-vous en ligne pour se faire vacciner dans le centre le proche de chez eux.

Face au variant anglais, dont l’extrême contagiosité inquiète, le ministre a assuré que « quelques clusters » étaient identifiés en France. À Marseille (Bouches-du-Rhône), la patiente testée est originaire d’Angleterre, elle est rentrée avant les fêtes. Parmi ses 45 cas contact, 24 ont été testés positifs, mais Olivier Véran a assuré ne pas pouvoir dire si ces malades ont été infectés « par le variant, ou par une autre souche du virus ». Samedi, l’Agence régionale de Santé avait confirmé mener des études complémentaires.

À l’échelle nationale, les analyses préliminaires semblent montrer que 1 % des cas relèvent du variant. Mais le nombre de tests qui a permis d’aboutir à ce résultat « est insuffisant pour pouvoir en tirer des conclusions », a-t-il mis en garde. « Nous aurons des résultats plus importants aujourd’hui (dimanche), lundi et mardi qui nous permettront d’avoir une idée de l’état de circulation » du variant britannique.

Leave a Reply

%d bloggers like this: