Covid-19 : Lyon, Grenoble et Saint-Etienne pourraient basculer en alerte maximale – France 3 Régions

Spread the love
  • Yum

Mercredi, le président Emmanuel Macron a estimé qu’il fallait “aller vers plus de restrictions” dans les zones où le Covid-19 “circule trop vite”. Lyon, Grenoble et St-Etienne pourraient basculer ce jeudi en alerte maximale. Olivier Véran doit annoncer une nouvelle série de mesures dans la journée.

Face à l’accélération de l’épidémie de Coronavirus en France, le président Emmanuel Macron a annoncé mercredi soir qu’il fallait continuer à prendre des mesures sanitaires plus strictes, à l’image de ce qui a pu être mis en place à Aix-Marseille ou encore à Paris et dans sa petite couronne.

“Dans les endroits où ça circule trop vite, en particulier où ça circule beaucoup chez les personnes âgées, qui sont les plus vulnérables, et où on voit de plus en plus de lits occupés aux urgences, on doit aller vers plus de restrictions, comme celles qu’on a pu connaître par exemple dans les Bouches-du-Rhône ou dans Paris et la petite couronne”, a fait valoir Emmanuel Macron lors d’un entretien sur TF1 et France 2, mercredi soir. 

Un éventuel basculement en “alerte maximale”

Le ministre de la Santé Olivier Véran va faire son point hebdomadaire à 18h sur la progression de l’épidémie de Covid-19, avec des annonces attendues dans plusieurs villes où se profilent de nouvelles restrictions. Dans la région, les villes de Lyon, Grenoble et Saint-Étienne pourraient donc basculer en alerte maximale ce jeudi 8 octobre. Le ministre de la Santé et des Solidarités, Olivier Véran, doit annoncer une nouvelle série de mesures dans la journée. Le principal enjeu est d’éviter que les hôpitaux, en particulier les services de réanimation, soient débordés par un afflux massif de patients.

Le passage en “alerte maximale” est décidé selon trois critères, trois indicateurs : le taux d’incidence qui détermine le nombre de cas positifs pour 100 000 habitants, le taux d’incidence chez les personnes âgées de plus de 65 ans et le taux de patients “covid-19” en réanimation dans les hôpitaux de la région.

Il y a une semaine, le 1er octobre, Olivier Véran avait pointé cinq métropoles, Lille, Lyon, Grenoble, Saint-Etienne et Toulouse, avec une évolution “très préoccupante”, brandissant la menace d’un durcissement des mesures prises pour freiner l’avancée du virus. 

A Saint-Etienne: le maire peu optimiste

Au micro d’Europe 1, ce jeudi matin, Gaël Perdriau maire LR de Saint-Etienne, évoquait le risque de classement en zone d’alerte maximale et s’est montré peu optimiste : “il faut attendre la déclaration du ministre mais les indicateurs dont je dispose, ceux du CHU et de l’ARS, montrent une évolution très négative depuis la semaine dernière. La situation s’est aggravée. Nous avons 20% d’hospitalisation en plus (…). J’avoue ne pas être très optimiste à la déclaration de ce soir.”

Un espoir pour Lyon ?

Mercredi, à la mi-journée, le professeur Bruno Lina, virologue et membre du Conseil Scientifique de l’Elysée, apportait une lueur d’espoir concernant la situation à Lyon: “les dernières données que l’on a montrent que l’on est sur un effet de plateau, légèrement décroissant par rapport aux nombres de cas, ce qui signifie qu’on va encore avoir une augmentation du nombre d’hospitalisations et de réanimations. Mais le nombre de patients est en train de se tasser, ce qui est un bon signal. Un signal qu’il faut amplifier pour tirer cette dynamique épidémiologique encore un peu plus vers le bas. On sait que le virus va continuer à circuler plusieurs mois dans la Métropole. Et justement d’arriver à avoir un niveau de circulation contrôlé va nous permettre d’avoir une vie presque normale, des restaurants, des cinémas et des salles de spectacle ouverts.” Le professeur Lina a cependant indiqué qu’un certain nombre de mesures, comme le port du masque, allait encore s’imposer “quelque temps”.

 

A Grenoble, le maire a réclamé davantage de concertation

La métropole de Grenoble est également sous haute surveillance en raison de la reprise de l’épidémie de Covid-19. Pointée comme susceptible de basculer en zone d’alerte maximale par le ministre de la Santé, son sort devrait être connu jeudi. Eric Piolle, le maire écologiste de Grenoble, s’est adressé au ministre de la Santé pour demander un “réel partenariat avec l’Etat” dans la gestion de l’épidémie de Covid-19.

 

Alerte renforcée ou alerte maximale : ce qui change ou pas..

Le passage de l’alerte renforcée en alerte maximale entraîne des changements sur la vie quotidienne.
Ainsi en alerte maximale, tous les bars sont fermés. En alerte renforcée, ils doivent fermer à 22h. Concernant les restaurants, en alerte maximale, ils pourront rester ouverts mais un nouveau protocole sanitaire s’applique sur les gestes barrières, la distanciation et l’organisation (avec un cahier de rappel notamment). Les établissements recevant du public sans protocole strict sont fermés en alerte maximale. 

En situation d’alerte renforcée, comme maximale, certaines mesures déjà mises en place restent de rigueur et ne connaissent pas de modification. Ainsi dans les universités et dans l’enseignement supérieur, c’est une mesure d’enseignement hybride qui est en vigueur (50% des étudiants présents, 50% à distance). Pour les salles de sport et gymnases, c’est la fermeture à l’exception des scolaires et mineurs (et sportifs professionnels ou compétition). Les grands événements déclarés sont interdits en alerte maximale, comme déjà ils l’étaient en alerte renforcée. Les salles des fêtes et salles polyvalentes sont fermées pour les deux stades d’alerte. Concernant les grands rassemblements, la jauge est fixée à 1000 personnes. Les rassemblements dans l’espace public sont également limités à 10 personnes maximum. 
Ce qui est incertain : des restrictions concernant les centres commerciaux. 

Covid : le point sur la situation sanitaire générale

Le taux de positivité des tests (proportion des personnes positives sur l’ensemble des personnes testées) continue sa progression, à 9,1%, contre environ 4,5% il y a un mois. Le nombre de malades du Covid-19 hospitalisés en réanimation a en revanche légèrement reculé mercredi, pour la première fois depuis fin août:1.406 patients sont actuellement en réa en raison du Covid-19, soit 11 de moins que la veille, selon le bilan quotidien de l’agence sanitaire publié mercredi soir.

Selon Santé publique France, 18.746 nouveaux cas de contamination par le coronavirus ont été détectés au cours des dernières 24 heures. Un record depuis l’utilisation de tests à grande échelle. La capacité nationale actuelle est d’environ 5.000 de lits de réanimation. Le nombre total de patients hospitalisés pour le Covid-19 continue lui d’augmenter, à 7.514 contre 7.377 mardi, dont 789 qui ont été admis dans les dernières 24 heures. 
En outre, 80 personnes sont mortes du Covid ces dernières 24 heures, portant le total de décès à l’hôpital ou en Ehpad depuis le début de l’épidémie à plus de 32.445.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *