Covid-19 : les contre-vérités de « Hold-up », documentaire à succès qui prétend dévoiler la face cachée de l’épidémie – Le Monde

Spread the love
  • Yum

Le Covid-19 ne serait guère plus qu’une « grippette », les mesures sanitaires prises depuis le printemps n’auraient aucun sens et les citoyens du monde entier se seraient fait berner par une élite corrompue. Voilà, à gros traits, ce que prétend dévoiler le documentaire Hold-up, retour sur un chaos (disponible en version payante en ligne depuis mercredi 11 novembre), réalisé par Pierre Barnérias. Très attendu, il a recueilli plusieurs centaines de milliers d’euros de financement participatif, sa bande-annonce a déjà été vue plus de 400 000 fois sur YouTube et il est très largement partagé sur les réseaux sociaux.

Pendant un peu plus de deux heures quarante, les auteurs prétendent raconter l’histoire secrète du Covid-19. Une ribambelle d’invités y défile, dont certains noms prestigieux comme l’ancien ministre de la santé français Philippe Douste-Blazy, qui a, cependant, pris ses distances avec le contenu du film.

Ce récit prospère sur plusieurs controverses bien réelles autour de la pandémie, comme les interrogations sur l’origine du virus, qui n’est toujours pas tranchée et les discours fluctuants des autorités sanitaires sur l’utilité du port du masque. Mais loin d’approfondir ces débats, Hold-up multiplie les affirmations approximatives, voire complètement fausses. Nous en avons sélectionné sept exemples.

  • Une remise en cause hâtive du confinement

Ce que dit le documentaire

Le film remet en question l’ensemble des mesures sanitaires prises en France et ailleurs pour lutter contre l’épidémie de Covid-19. Notamment dans cet extrait où il est question de chiffres, graphique à l’appui :

« Ces courbes appartiennent à l’Insee. Elles correspondent au nombre de morts total en 2018, 2019 et 2020 de mars à septembre. Le virus a donc particulièrement sévi du 15 mars au 15 avril, période où nous étions tous confinés grâce à une mesure historique censée ne pas faire apparaître cette courbe. »

POURQUOI C’EST FAUX

La première période de confinement en France a débuté le 17 mars. Et il est vrai que le nombre de décès à l’hôpital a augmenté dans les trois semaines qui ont suivi, pour atteindre son niveau le plus élevé.

Mais il est simpliste d’en conclure que le confinement n’aurait eu aucune utilité sur la propagation du virus. En effet, les conséquences d’une telle mesure ne peuvent être immédiates. Les patients qui décèdent à l’hôpital à une date donnée ont été contaminés en moyenne entre trois et quatre semaines plus tôt. Le « pic » de mortalité observé du 15 mars au 15 avril correspond donc à la circulation du virus très active avant la mi-mars, que le confinement avait justement vocation à arrêter. Des études ont d’ailleurs estimé que le nombre réel de cas de Covid-19 en France au mois de mars était des dizaines de fois supérieur au nombre de cas confirmés par les tests réalisés en faible nombre à l’époque.

Le taux de reproduction du virus dans la population (c’est-à-dire le nombre d’individus qu’une personne infectée contamine) a drastiquement baissé pendant le confinement du printemps, passant d’environ 3 à 0,7, selon les spécialistes. Si l’on peut critiquer les effets du confinement sur l’économie et la société, voire interroger sa part exacte dans la décrue de l’épidémie au printemps, les affirmations de Hold-up en la matière sont bien éloignées des faits.

  • L’accusation infondée contre le docteur Fauci sur la chloroquine et le SRAS

Ce que dit le documentaire

La controverse sur le recours à l’hydroxychloroquine est l’un des éléments centraux de Hold-up. Le documentaire défend la thèse selon laquelle il existerait un « acharnement » contre le protocole de Didier Raoult, pourtant jugé efficace par plusieurs intervenants comme Christian Perronne ou Philippe Douste-Blazy. Parmi les responsables désignés de cette cabale supposée, destinée à favoriser l’industrie pharmaceutique, figurent des médecins français, comme Karine Lacombe, mais aussi l’Américain Anthony Fauci.

Ce dernier est un expert en maladies infectieuses et le pilier de la « task force » mise en place par le gouvernement américain pour lutter contre le Covid-19. Dans le documentaire, il est accusé d’avoir changé son fusil d’épaule sur l’hydroxychloroquine : « Hier, il faisait la promotion de l’hydroxychloroquine dans une épidémie similaire. Aujourd’hui, il la combat. Pour quelles raisons ? »

POURQUOI C’EST INFONDÉ

Aux Etats-Unis, Anthony Fauci a été la cible de multiples théories complotistes, dès lors qu’il a, depuis le mois de mars, publiquement questionné l’efficacité de la chloroquine et de son dérivé, l’hydroxychloroquine, contre le Covid-19. L’idée selon laquelle il aurait, à cette occasion, défendu une ligne inverse à celle qui était la sienne, lors l’épidémie de SRAS, a circulé sur les réseaux sociaux anglophones, avant d’être reprise en France.

D’où vient cette rumeur ? Plusieurs sites de vérification américains ont repéré au printemps des publications virales affirmant que l’immunologue américain défendait l’efficacité de la chloroquine et l’hydroxychloroquine depuis 2005. Selon eux, des internautes ont déterré une étude de 2005 qui suggère que la chloroquine est « un puissant inhibiteur de l’infection et de la propagation » du SARS-CoV, responsable de l’épidémie de SRAS qui a sévi essentiellement en Chine entre 2002 et 2004.

Cette étude a été publiée par une revue scientifique, The Virology Journal, puis indexée par la Bibliothèque nationale de médecine des Instituts nationaux de la santé aux Etats-Unis. Anthony Fauci est directeur depuis 1984 de l’un d’entre eux : l’Institut national des allergies et maladies infectieuses. A ce titre, il n’aurait pas pu ignorer cette publication scientifique, et connaissait donc les effets bénéfiques de la chloroquine sur les coronavirus, selon la rumeur.

Or, cette présentation des faits est inexacte. D’une part, l’étude en question explique que la chloroquine a des propriétés antivirales dans le cadre de tests in vitro, à l’aide de cellules en culture. Mais l’expérience n’a pas été menée sur des malades du SRAS, elle ne prouve donc pas l’efficacité de la molécule sur les humains, comme l’a rappelé l’un des coauteurs de cette étude, interrogé en août par l’Agence France-Presse (AFP). D’autre part, le Virology Journal est une revue qui appartient à l’éditeur britannique scientifique BioMed Central. Elle n’a aucun lien avec les institutions gouvernementales sanitaires américaines ou avec le docteur Fauci, qui n’a lui-même pas pris position sur le sujet, à l’époque, à notre connaissance.

  • Un imaginaire pic de mortalité après le « Lancetgate »

Ce que dit le documentaire

Le 22 mai, la revue scientifique The Lancet publiait une étude soulignant des effets délétères de la prise d’hydroxychloroquine chez les patients hospitalisés pour Covid-19. Mais cette publication a été rétractée le 4 juin, le journal jugeant que les données utilisées étaient sujettes à caution. L’affaire, rebaptisée « Lancetgate », a durablement entaché l’image de la revue.

Dans Hold-up, le médecin Christian Perronne va beaucoup plus loin. Selon lui, cette étude scientifique a eu des conséquences sanitaires désastreuses en dissuadant les médecins de prescrire l’hydroxychloroquine un peu partout dans le monde, notamment en Suisse et dans d’autres pays européens, en Asie et en Amérique. Après la publication, « on a vu un pic de mortalité pendant deux-trois semaines qui était l’effet Lancet, puisque les gens avaient arrêté de prescrire », affirme le Pr Perronne, qui assure aussi que la rétractation de l’article aurait permis de faire repartir la mortalité à la baisse.

POURQUOI C’EST FAUX

Compte tenu du délai entre la contamination et un éventuel décès, cela revient à étudier s’il y a pu avoir un pic de mortalité très ponctuel dans certains pays au cours du mois de juin. Or, aucun pic de mortalité n’a pu être observé entre fin mai et fin juin dans les pays comme la France, l’Italie, l’Espagne ou la Suisse, comme l’affirme Christian Perronne.

Quant aux pays plus durement touchés par l’épidémie à cette période, comme le Brésil ou le Chili, on n’y constate pas pour autant de pic de mortalité limité à quelques semaines qui pourrait suggérer un lien avec un arrêt de l’utilisation de tel ou tel traitement. Au niveau mondial, le nombre de morts était d’environ 4 000 par jour en moyenne en juin, contre environ 5 000 en mai et en juillet.

  • L’intox du Rivotril et de l’euthanasie des personnes âgées

Ce que dit le documentaire

Pour évoquer le sort de « nos anciens, interdits d’hospitalisation pendant le confinement », corrélé au « nombre de morts a[yant] explosé dans les Ehpad », le documentaire tend le micro au pharmacien Serge Rader. Pour lui, l’autorisation par le gouvernement de la vente en pharmacie du médicament sédatif Rivotril est la porte ouverte à une légalisation de l’euthanasie des personnes âgées : « Non seulement on ne les a pas amenés en réanimation, mais on leur a préparé la seringue de Rivotril avec un arrêté à la clé pour les achever complètement alors qu’ils étaient déjà en détresse respiratoire. »

Le pharmacien Serge Rader, dans le film documentaire « Hold-up ».

POURQUOI C’EST FAUX

Cette accusation a déjà été portée auparavant par Serge Rader. Il n’est pas le seul : le député UDI Meyer Habib avait dénoncé sur son compte Twitter ce « permis légal d’euthanasier en France », une allégation qui avait été reprise en nombre sur les réseaux sociaux.

Pourquoi une telle polémique ? Le gouvernement a adopté un décret le 28 mars donnant droit aux pharmacies d’officine de dispenser sous « forme injectable » le Rivotril aux patients atteints du Covid-19 ou susceptibles de l’être. L’objectif est « la prise en charge palliative des patients confrontés à un état asphyxique et ne pouvant être admis en réanimation, ou pour lesquels une décision de limitation de traitements actifs a été prise », expliquait la Fédération des pharmaciens d’officine (FSPF).

Cette facilité de prescription s’est donc justifiée par la volonté d’améliorer le confort d’un malade en fin de vie, hors du cadre hospitalier. Il ne s’agissait pas d’une injection létale, d’une euthanasie.

Cet amalgame a été dénoncé par Olivier Véran, qui a pointé des accusations « honteuses » début novembre : « On ne pouvait plus utiliser les médicaments de confort de fin de vie pour des gens qui allaient mourir, a expliqué le ministre de la santé. Il y avait deux options : ou on laissait les gens mourir d’agonie dans les Ehpad […], ou on les accompagnait pour les soulager avec un autre médicament qu’est le Rivotril, conforme aux recommandations de la Société française d’accompagnement et de soins palliatifs ».

  • L’exemple enjolivé de la Suède

Ce que dit le documentaire

Le cas spécifique de la Suède, qui a adopté une stratégie sanitaire atypique, est régulièrement cité dans le documentaire comme la preuve que le Covid-19 ne serait, finalement, pas très dangereux. C’est notamment ce qu’affirme Michael Levitt, lauréat en 2013 du prix Nobel de chimie :

« Ce que nous n’avons pas compris je pense, c’est que le coronavirus ne se développait pas très rapidement. D’une certaine manière, la Suède a décidé à la mi-mars de ne pas intervenir. […] Il est devenu assez clair début avril qu’ils avaient pris la bonne décision. C’était une merveilleuse expérience. »

POURQUOI C’EST PLUS COMPLIQUÉ

Contrairement à bon nombre de pays, la Suède n’a pas édicté de mesure contraignante de confinement de la population. Mais le pays n’a pas adopté pour autant une posture de laisser-faire total vis-à-vis de l’épidémie. Simplement, beaucoup de mesures qui étaient des obligations ailleurs (par exemple, en matière de distanciation physique ou de limitation des rassemblements) s’y sont déclinées sous forme de recommandations, en misant sur le sens des responsabilités de la population.

Avec quelle efficacité ? Difficile, à ce stade, d’en juger. Mais, rapporté à la population du pays, le bilan humain de l’épidémie n’est pas négligeable : il est de 600 morts pour un million d’habitants au 12 novembre, ce qui est, certes, un peu moins que la France (635), mais beaucoup plus que chez les voisins finlandais (66) et norvégien (53). Le tableau est donc, en tout cas, bien moins idyllique que ne l’indique le documentaire.

Lire aussi Covid-19 : la Suède, le Danemark et la Finlande ont-ils une « recette » pour mieux lutter contre l’épidémie ?
  • Une fausse information sur des « camps d’internement » Covid au Canada

Ce que dit le documentaire

Parmi les preuves des supposées dérives de la lutte contre l’épidémie, le documentaire affirme que « ce virus va jusqu’à faire construire des futurs camps d’internement au Canada ». Suit alors l’extrait d’une intervention du député canadien Randy Hillier, un membre du parlement provincial de l’Ontario sur le sujet : « Où ces camps seront-ils construits ? Combien de personnes seront-elles détenues ? Et pour quelles raisons ces personnes seraient-elles gardées dans des camps d’isolement ? »

POURQUOI C’EST FAUX

L’intervention de Randy Hillier au parlement provincial a eu lieu le 7 octobre. D’après Radio Canada International, sa remarque portait au départ sur les « centres », qui sont généralement des chambres d’hôtel mises à disposition des personnes qui entrent sur le territoire canadien et n’ont pas d’autre endroit où effectuer leur isolement obligatoire de quatorze jours à leur arrivée sur le territoire. M. Hillier a alors demandé si les citoyens canadiens « devraient se préparer à des camps d’internement ».

Mais contrairement à ce que suggère ce parlementaire, le gouvernement canadien ne porte aucun projet de créer des « camps d’internement » de Canadiens. Le premier ministre, Justin Trudeau, y a lui-même répondu, dénonçant une campagne de « désinformation ».

  • Un prétendu test pour détecter le Covid-19 dès 2015

Ce que dit le documentaire

Autre thèse avancée par le documentaire : un cercle d’initiés aurait eu connaissance de l’existence du coronavirus SARS-CoV-2 bien avant 2019. Jean-Bernard Fourtillan, un ancien professeur de chimie thérapeutique (par ailleurs mis en cause dans une affaire d’essais cliniques douteux), assure qu’il a récemment « découvert que l’on avait pris un brevet sur les tests pour détecter la maladie Covid-19 le 13 octobre 2015. Donc ils connaissaient le virus… » Le supposé brevet apparaît alors à l’image, comme une preuve de son affirmation.

Ce document, montré dans le documentaire « Hold-up », est censé prouver qu’un brevet destiné à diagnostiquer le Covid-19 avait déjà vu le jour en 2015.

POURQUOI C’EST FAUX

Le brevet évoqué dans le documentaire existe bel et bien, mais son origine et ses finalités ont été déformées par M. Fourtillan.

Il s’agit au départ d’un brevet déposé par Richard A. Rothschild aux Etats-Unis le 13 octobre 2015, lequel est consultable ici. Il y est question de systèmes d’analyses de données biométriques. A cette date, on n’y trouve aucune référence au Covid-19 ou à un coronavirus.

En revanche, M. Rothschild a formulé, depuis, plusieurs ajouts à ce brevet, comme l’y autorise le système américain de propriété intellectuelle. La dernière en date remonte au 17 mai 2020, et est intitulée « System and Method for Testing for COVID-19 ». Il y a donc bien, cette fois, un lien avec la pandémie actuelle, mais largement ultérieur aux prémices de celles-ci.

Si la rumeur a prospéré, c’est en fait à cause d’une confusion, involontaire ou pas, dans les dates mentionnées sur le brevet. La « Prioriteitsdatum » (date de priorité) mise en exergue dans le documentaire, qui est bien le 13 octobre 2015, est en fait la date de dépôt du brevet initial. La date de dépôt de la version actualisée du brevet est, elle, visible sous la mention « filling date » : il s’agit du 17 mai 2020.

Leave a Reply

%d bloggers like this: