Covid-19 : l’Elysée tiendra un conseil de défense mardi – Le Monde

Spread the love
  • Yum
Emmanuel Macron, le 16 décembre, à l’Elysée.

Alors que plusieurs élus, notamment dans le Grand-Est, s’inquiètent d’un rebond de l’épidémie, l’Elysée a annoncé qu’un conseil de défense sanitaire serait organisé, mardi 29 décembre. Principal outil de gestion de crise depuis le début de la pandémie, ce conseil rassemble des responsables politiques, des hauts fonctionnaires et des spécialistes autour du chef de l’Etat, Emmanuel Macron, tous tenus au secret-défense.

Dimanche, le ministre de la santé, Olivier Véran, n’a pas exclu l’hypothèse d’un troisième confinement de la population. « Nous n’excluons jamais des mesures qui pourraient être nécessaires pour protéger des populations. Ça ne veut pas dire qu’on a décidé, mais qu’on observe la situation heure par heure », avait-il souligné dans un entretien au Journal du dimanche.

Lire aussi : L’exécutif se prépare à « prendre des décisions rapides »

Les autorités redoutent l’arrivée d’une troisième vague dans les semaines qui suivent les fêtes de fin d’année. Elles observent, par ailleurs, un rebond des contaminations dans le Grand-Est, en Bourgogne-Franche-Comté et dans le département des Alpes-Maritimes.

Le maire de Nancy très inquiet

Le maire socialiste de Nancy, Mathieu Klein, a jugé lundi « inéluctable » un reconfinement local face au rebond de l’épidémie de Covid-19 dans la région. « Ici, dans le Grand-Est, et particulièrement en Lorraine et à Nancy, (…) la circulation du virus s’est accélérée fortement depuis quinze jours-trois semaines », a fait valoir l’élu. 

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Covid-19 : l’exécutif s’inquiète pour le Grand-Est, la Bourgogne-Franche-Comté et les Alpes-Maritimes

« Très inquiet », M. Klein a évoqué une situation « très tendue » à l’hôpital avant même les réveillons de Noël et du Nouvel An. « En quinze jours, à l’hôpital de Nancy, nous sommes passés de 117 à 163 patients hospitalisés pour le Covid », ceux-ci occupant désormais « la moitié des lits de réanimation », a-t-il précisé. « Dans les régions les plus touchées aujourd’hui, il serait nécessaire que la vaccination soit présente le plus vite possible et accélère », a-t-il également prôné.

La campagne de vaccination française a été lancée symboliquement dimanche dans deux structures hospitalières pour personnes âgées à Sevran, en Seine-Saint-Denis, puis à Dijon.

Notre sélection d’articles sur le coronavirus

Le Monde avec AFP

Leave a Reply

%d bloggers like this: