Covid-19: le variant anglais retrouvé dans environ 1% des tests PCR positifs en France jeudi et vendredi – BFMTV

Spread the love
  • Yum

Le variant britannique est présent en France mais avec “une dispersion territoriale qui fait qu’il n’y a pas de région qui concentrerait de nombreux cas”, a expliqué le ministre de la Santé.

Plusieurs cas du variant britannique du Covid-19 ont été identifiés en France ces derniers jours, faisant craindre une propagation plus rapide de l’épidémie, car cette mutation est plus contagieuse. Il représente environ 1% des tests positifs au Covid-19, selon les résultats préliminaires d’une enquête menée sur deux jours la semaine passée, a indiqué mardi le ministre de la Santé, Olivier Véran.

Le virologue Bruno Lina a coordonné cette étude, menée sur les résultats de tests des journées de jeudi et vendredi dernier. “Il me disait hier qu’il trouvait à peu près 1% de variant d’origine anglaise parmi les PCR positives en France“, a affirmé Olivier Véran lors d’une audition devant la commission des affaires sociales du Sénat.

“Pas de région qui concentrerait de nombreux cas”

Et le ministre de préciser que ces résultats soulignent “une dispersion territoriale qui fait qu’il n’y a pas de région qui concentrerait de nombreux cas”, et donc qu’il ne semble pas y avoir de gros clusters du variant.

“Soit nous sommes encore avec 1 à 2% de virus variant sur le territoire, on a un peu plus de temps (…) soit on est déjà à 10 à 20% et il faut se préparer à vivre la situation anglaise dans les jours qui viennent”, avec une explosion du nombre de cas ces dernières semaines, déclarait mardi matin sur RTL Anne-Claude Crémieux, professeure en maladies infectieuses à l’hôpital Saint-Louis à Paris.

“L’important, c’est de savoir combien il y a [de personnes infectées par le variant] sur le territoire français parce que ça va conditionner complètement notre stratégie sur les trois mois qui viennent”, expliquait lundi sur BFMTV l’infectiologue Arnaud Fontanet, soulignant que “l’on va très vraissemblablement avoir une recrudescence du nombre de cas en France dans les semaines qui viennent”.

“Une opération qui sera renouvelée très régulièrement”

Les résultats de cette enquête n’ont pas encore été rendus publics, mais Olivier Véran précise déjà que “c’est une opération qui sera renouvelée très régulièrement, c’est-à-dire tous les sept à dix jours environ”. “C’est très intéressant, très utile, ça permet de surveiller s’il y a une croissance de ce variant et de vérifier s’il devait apparaître des clusters“, déclare-t-il également.

Dans le cadre de l’enquête, tous les prélèvements positifs de jeudi et vendredi derniers ont été réanalysés en utilisant une technique de PCR particulière, celle de l’entreprise Thermo Fischer. Contrairement à d’autres PCR, cette analyse réagit différemment si on est en présence du variant. Après ce premier filtre, les prélèvements suspects doivent être soumis à un séquençage génétique qui détermine catégoriquement s’il s’agit ou non du variant.

Salomé Vincendon avec AFP

Leave a Reply

%d bloggers like this: