Covid-19 : le vaccin AstraZeneca sera proposé aux soignants dès samedi – Le Monde

Spread the love
  • Yum
Le vaccin AstraZeneca est déjà autorisé au Royaume-Uni depuis le 30 décembre 2020.

Après les prises de paroles impromptues ayant ponctué la semaine, l’exécutif a expliqué une nouvelle fois son choix de ne pas reconfiner pour le moment, lors d’une conférence de presse orchestrée par le premier ministre, jeudi 4 février. « La situation ne justifie pas à ce jour » un nouveau confinement, a redit Jean Castex. Mais « si nous y sommes contraints, nous n’hésiterons pas à prendre nos responsabilités », a-t-il prévenu, en cas de « dégradation forte et rapide » des indicateurs de l’épidémie de Covid-19.

Alors que les nouveaux cas de personnes testées positives se stabilisent depuis une semaine autour de 20 000 par jour, on compte 27 953 personnes hospitalisées pour la maladie au 3 février. Quelque 320 personnes en meurent quotidiennement. Depuis un mois, près de 15 000 malades du Covid-19 sont morts à l’hôpital ou en établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), soit la moitié des pertes de la première vague, de février à juillet. « C’est pas des chiffres, c’est des gens ; le nombre de gens à l’hôpital ou en réanimation ou le nombre de décès tous les jours, c’est des gens », rappelait l’épidémiologiste Dominique Costagliola, mardi, dans l’émission « C à vous ».

Lire aussi La seconde vague de Covid-19 en France est plus meurtrière que la première

L’avis positif de la Haute Autorité de santé

Dans cette course contre la montre entre l’évolution de l’épidémie et l’avancée de la campagne de vaccination, l’exécutif a choisi de suivre l’avis de la Haute Autorité de santé (HAS) sur le vaccin AstraZeneca, qui a été autorisé dans l’Union européenne le 29 janvier : ce troisième vaccin accessible en France n’est pas recommandé aux personnes de plus de 65 ans.

Dès samedi, les soignants pourront recevoir une première injection – la deuxième pouvant intervenir jusqu’à douze semaines plus tard. Ensuite, ce sont les personnes de 50 à 65 ans souffrant de comorbidités qui pourront en bénéficier, puis l’ensemble des 50-65 ans. A la fin du mois, l’injection de ce vaccin sera confiée aux médecins généralistes, pharmaciens et infirmiers. Contrairement à celui développé par Pfizer-BioNTech, il se conserve simplement au réfrigérateur, pour un coût moindre.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Covid-19 : la Haute Autorité de santé ne recommande pas le vaccin d’AstraZeneca aux plus de 65 ans

Grâce notamment à ce nouveau vaccin, l’exécutif compte atteindre un objectif de 4 millions de personnes ayant reçu une première injection d’ici à la fin février. Pour ce faire, 1,7 million de rendez-vous supplémentaires pour une première injection vont être ouverts, dont 500 000 dès vendredi et le reste dès le milieu de la semaine prochaine. En fonction des livraisons, 500 000 devraient encore être proposés en mars.

Il vous reste 49.22% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Leave a Reply

%d bloggers like this: