Covid-19: fin de concertation dans les Alpes-Maritimes, au gouvernement de trancher – BFMTV

Spread the love
  • Yum

Le renforcement des contrôles, un confinement ciblé le week-end sur les zones littorales ou encore l’interdiction d’entrer dans le département sans motif sont notamment à l’étude.

Après consultation avec les élus, la préfecture des Alpes-Maritimes a transmis au gouvernement pour validation des propositions susceptibles d’enrayer la flambée locale de Covid-19, a-t-elle annoncé dimanche sans plus de détails. “Les décisions arrêtées seront communiquées ultérieurement”, écrit la préfecture des Alpes-Maritimes dans un communiqué.

Aucune précision n’a été donnée sur la teneur de ces propositions mais lors d’une réunion samedi soir avec le préfet, les élus ont proposé cinq pistes, selon Alexandra Valetta-Ardisson, députée LREM du département, interrogée sur France Inter.

“Mettre en place un confinement a minima le week-end”

“Le port du masque généralisé sur l’ensemble du territoire”, “le renforcement des contrôles”, un durcissement de “la jauge pour les centres commerciaux”, “un confinement ciblé sur le week-end uniquement sur le littoral” et “l’interdiction des entrées dans le département sauf motif impérieux”, a énuméré Alexandra Valetta-Ardisson.

De son côté, le maire (LR) de Nice Christian Estrosi, a de nouveau alerté dimanche sur sur “la nécessité” selon lui “de mettre en place un confinement a minima le week-end” notamment face au “risque de déprogrammations d’interventions chirurgicales vitales”.

“Et si d’ici mercredi, dans les #AlpesMaritimes, le taux d’incidence progressait encore de plus de 10%, de passer à un confinement généralisé”, a-t-il encore réclamé, à rebours d’autres maires du littoral qui s’opposent à l’idée d’un confinement.

Ce département fait face actuellement à une flambée de l’épidémie de coronavirus. Le taux d’incidence dans la métropole niçoise est le plus élevé du pays, avec plus de 700 cas positifs pour 100.000 habitants, plus de trois fois la moyenne nationale (190). Environ 10% des tests de dépistage se révèlent positifs (contre 6% pour l’ensemble de la France), dans un contexte local de diffusion du variant britannique, plus contagieux.

S. V. avec AFP

Leave a Reply

%d bloggers like this: