Covid-19 : calendrier, efficacité, retard… Ce qu’il faut retenir de l’interview d’Alain Fischer, Monsieur vaccin du gouvernement – Le Parisien

Spread the love
  • Yum

Pendant plus d’une heure, sur BFMTV, l’immunologue de renom Alain Fischer, chargé de la campagne de vaccination en France, a balayé de nombreux sujets d’inquiétudes des Français face au virus et ses variants. S’il a voulu partager, à plusieurs reprises, « ses excuses » concernant le rythme de vaccination qui frustrent certains publics en attente d’une protection, il a demandé de la patience à la population.

Pour l’heure, 2 901 861 injections ont été réalisées en France, où le bilan s’élève à plus de 80 000 décès liés au coronavirus. Calendrier par tranche d’âge, arrivées de futurs vaccins, efficacité contre les variants, effets secondaires… Voilà ce qu’il faut retenir de son intervention.

Les vaccins sont-ils efficaces face aux variants ?

C’est LA question que se posent des millions de Français. Sur ce point, l’immunologue a voulu différencier le variant qui a émergé au Royaume-Uni des deux autres, issus d’Afrique du Sud et du Brésil. « Les vaccins dont nous disposons ne sont pas moins efficaces contre le variant anglais. Les deux autres sont plus ennuyeux », a jugé Alain Fischer sur le plateau de Bruce Toussaint. Il a notamment rappelé que l’immunité naturelle, c’est-à-dire la possibilité d’être réinfecté malgré une première infection au Covid-19, était insuffisante face aux deux autres variants.

LIRE AUSSI >Covid-19 : qui est Alain Fischer, le « monsieur vaccin » du gouvernement

« Les vaccins Pfizer et Moderna sont moins efficaces contre les variants venus du Brésil et d’Afrique du Sud mais cela serait suffisant, notamment contre les formes graves. Il a plutôt lieu d’être rassuré », a-t-il prudemment répondu. Il en serait de même pour la solution proposée par AstraZeneca, efficace « contre les formes graves ».

Le spécialiste a d’ailleurs voulu écarter les doutes contre le vaccin britannique et suédois, qui a causé des effets secondaires chez des soignants la semaine dernière. « Il n’est pas au rabais, c’est un bon vaccin. Il faut l’utiliser. » Il avance même une nouvelle raison à ces fièvres et autres douleurs ressenties par les soignants : « Il y a une hypothèse de travail qui veut que ce soit ceux qui ont déjà eu le Covid qui aient des effets secondaires », a dévoilé l’immunologue. Une seule injection, comme l’a désormais recommandé la Haute autorité de santé (HAS), pourrait alors suffire pour ce public.

Comment le rythme de la campagne vaccinale va-t-il s’accélérer ?

Sur Twitter, en vidéo enregistrée ou en direct, de nombreux Français ont aussi voulu savoir quand ils pourront enfin se faire vacciner. Francisco Garcia, le président de l’Union nationale des retraités et personnes âgées, qui rassemble 70 000 adhérents, a ainsi souhaité comprendre le manque de créneaux pour se faire vacciner.

LIRE AUSSI > AstraZeneca, soignants, Ehpad : voici le nouveau calendrier de vaccination

Newsletter L’essentiel du matin

Un tour de l’actualité pour commencer la journée

« Le nombre de vaccins disponibles ne permet pas d’aller plus vite. Mais lorsque c’est possible, comme j’ai pu le voir parfois, j’invite ces personnes à s’inscrire sur des listes de pré-inscriptions. Nous espérons être à quatre millions de premières injections fin février et huit millions fin mars », a annoncé le Monsieur vaccin du gouvernement. Tout en expliquant que la protection contre le Covid-19 débutait 12 jours après la première injection.

Pour les plus de 65 ans, qui attendent avec impatience de pouvoir être vaccinés, il faudra attendre avril et l’arrivée espérée du vaccin de Janssen. « Il devrait être prochainement validé par l’Agence Européenne du Médicament (EMA). Les résultats avec une seule dose sont intéressants », a-t-il considéré sur BFMTV.

Pour retrouver « une vie normale », il faudra attendre cet été, « si tout ce passe comme prévu ». « Nous aurons alors 20 millions de doses et six vaccins différents », espère-t-il. Le passeport vaccinal n’étant toutefois pas « d’actualité avant d’avoir proposé une injection à tout le monde ». « D’autant plus qu’on ne connaît pas encore l’effet des vaccins sur la prévention de la transmission, ni leur durée d’efficacité », a souligné Alain Fischer.

Pour la Moselle, particulièrement touchée par les variants, le professeur a par ailleurs jugé « logique de proposer plus vite une vaccination avec Pfizer ou Moderna aux soignants. Cela va concerner 10 000 personnes en plus », selon lui. La vaccination prochaine par les médecins généralistes mais aussi les pharmaciens est très attendue. « Nous ne savons pas encore s’il y aura de petites quantités de flacons dans de nombreuses officines ou de grosses quantités dans moins de pharmacies », a toutefois déclaré Alain Fischer.

Durée d’efficacité et antivaccin

Le professeur reconnu était aussi là pour défendre la stratégie française et promouvoir l’efficacité des vaccins. « Nous sommes dans le rythme de vaccination de la communauté européenne. Commencer par les Ehpad est plus complexe, d’où une lenteur au démarrage », s’est-il satisfait, concédant que seuls le Royaume-Uni et sa stratégie de la première dose, ainsi que l’Israël, étaient en avance.

LIRE AUSSI > Vaccination contre le Covid-19 : la France fait-elle plus de primo injections que ses voisins ?

Interrogé par des Français sceptiques face à la durée de l’efficacité de la vaccination ou des retraités tout juste vaccinés, Alain Fischer a dit son « espoir que l’effet d’un vaccin dure plusieurs mois » et leur a donné rendez-vous à l’automne pour revoir ce sujet. Il a aussi rassuré les personnes allergiques en les invitant à aller se faire vacciner, rappelant qu’il y avait peu d’effets secondaires.

Le spécialiste a conclu cette heure de questions-réponses par un message à l’intention des Français ne souhaitant pas recevoir d’injection. « Ces vaccins ont été produits très vite, oui, mais bien. C’est formidable ! Les Français ne sont pas des cobayes. Ces vaccins ont été testés sur des dizaines de milliers de personnes lors des essais cliniques. Si vous êtes libres de ne pas le faire, il serait logique qu’ils révisent leur position », a-t-il terminé, en espérant être entendu par les récalcitrants.

Leave a Reply

%d bloggers like this: