Covid-19 : Bruxelles alerte les plateformes sur une nouvelle vague de cyberattaques

Spread the love
  • Yum

Covid-19 : Bruxelles alerte les plateformes sur une nouvelle vague de cyberattaques

Bruxelles s’inquiète face à la recrudescence des attaques informatiques tirant profit de la crise sanitaire. Vendredi, la Commission européenne a exhorté les plateformes en ligne à se préparer à une nouvelle vague de tentatives d’escroqueries sur la toile liées à la résurgence des infections de Covid-19 sur le Vieux Continent. Pour Bruxelles, il incombe à ces dernières de mettre tout en œuvre pour stopper cette nouvelle vague d’attaques, qui intervient alors que des groupes de pirates exploitent depuis le début d’année 2020 la pandémie pour infecter des ordinateurs dans l’ensemble des pays européens.

Selon l’exécutif de l’Union européenne, des commerçants malhonnêtes tentent actuellement de vendre en ligne des produits présentés à tort comme des remèdes contre le coronavirus ou des moyens de prévention de l’infection, tandis que des pirates utilisent des offres pour voler des adresses électroniques et des mots de passe. « Nous savons par expérience que les fraudeurs considèrent cette pandémie comme une occasion de tromper les consommateurs européens », regrette ainsi le commissaire à la justice, Didier Reynders.

Pour ce dernier, c’est aux plateformes du numérique de se montrer « plus agiles pendant la deuxième vague qui frappe actuellement l’Europe », comme il l’a indiqué après une réunion avec les responsables des plateformes, au cours de laquelle il les a encouragés à unir leurs forces pour renforcer leur réponse aux fraudeurs potentiels.

publicité

La Covid-19, une aubaine pour les pirates

Parmi les plateformes en ligne en liaison avec la Commission européenne pour lutter contre les escroqueries aux consommateurs, citons notamment Amazon, AliExpress, CDiscount, Ebay, Facebook, Google, Microsoft, Rakuten, Yahoo ou encore la plateforme de commerce en ligne Wish. Celles-ci ont expliqué avoir retiré des centaines de millions d’offres et de publicités illégales depuis le mois de mars dernier, qui a vu une explosion de l’épidémie sur le Vieux Continent.

Le rôle de ces plateformes a d’ailleurs été salué par Bruxelles, via un rapport démontrant que Facebook, Google, Microsoft, Twitter et TikTok avaient pris des « mesures utiles » pour lutter contre les informations fausses et trompeuses liées au coronavirus… sans toutefois nier que des contenus préjudiciables sont toujours présents en ligne sur ces mêmes plateformes. « La propagation virale de la désinformation liée à la pandémie met en danger la santé et la sécurité de nos citoyens », souligne Thierry Breton, commissaire chargé du marché intérieur, dans un communiqué.

Rappelons que des hackers et des escrocs de tout poil profitent actuellement de la pandémie de Covid-19, alors que leurs cibles sont distraites, inquiètes et travaillent à distance, pour s’introduire dans de nouveaux appareils. Selon une étude publiée en avril dernier par l’entreprise de sécurité Proofpoint, quatre e-mails frauduleux sur cinq utilisent d’une manière ou d’une autre le thème du coronavirus. Des courriels qui comportent soit des arnaques pour compromettre des adresses professionnelles, soit des liens de phishing, des logiciels malveillants ou encore des campagnes de spam.

Leave a Reply

%d bloggers like this: