Covid-19 : A Paris, certains commerces fermeront à 22 heures, annonce Anne Hidalgo – Le Monde

Spread the love
  • Yum

Dans le cadre de la lutte contre la deuxième vague de l’épidémie due au coronavirus, la maire socialiste (PS) de Paris, Anne Hidalgo, a déclaré, jeudi 5 novembre, que certains commerces de la capitale, notamment les débits de boisson pratiquant la vente à emporter, où des « attroupements » ont été constatés, seraient contraints de fermer à 22 heures. Ces établissements « seront fermés parce que dans un certain nombre de cas, il y a eu des débordements », a annoncé la maire de Paris sur BFM-TV.

Ces nouvelles décisions, qui concernent aussi les départements de la petite couronne (les Hauts-de-Seine, la Seine-Saint-Denis et le Val-de-Marne), ont été décidées mercredi avec le préfet de police. Elles porteront notamment sur les débits de boisson pratiquant la vente à emporter, les petites épiceries, les supérettes.

La mesure ne s’appliquera pas à tous les commerces pratiquant la vente à emporter, a-t-elle précisé, renvoyant à un arrêté à venir du préfet de police de Paris, Didier Lallement.

Lire aussi Coronavirus : visualisez l’évolution de l’épidémie en France et dans le monde
  • Vers un nouveau couvre-feu ?

Est-ce une forme de couvre-feu déguisé ? « Je ne sais pas si c’est un couvre-feu parce que ça ne concerne pas toutes les activités de la ville », a répondu Anne Hidalgo. Cette question d’un possible rétablissement du couvre-feu à Paris et en Ile-de-France, en plus du reconfinement en vigueur depuis vendredi, se pose depuis que le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, l’a annoncé lundi matin avant d’être recadré par Matignon.

S’ils rappelaient alors que rien n’était décidé à ce stade, les services de Jean Castex ajoutaient néanmoins que le retour du couvre-feu était bel et bien envisagé. Depuis, un nouveau conseil de défense consacré à la crise sanitaire s’est tenu mercredi matin à l’Elysée. On devrait en connaître le résultat jeudi lors de la conférence de presse hebdomadaire du ministre de la santé, Olivier Véran.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Covid-19 : erreurs de communication, polémiques… Le gouvernement empêtré dans le reconfinement
  • 43 transferts de patients vers d’autres régions depuis la mi-octobre

Huit nouveaux patients d’Auvergne-Rhône-Alpes ont été transférés mercredi en avion sanitaire vers les Pays de la Loire, portant à 43 le nombre de transferts effectués depuis la mi-octobre pour soulager les services de réanimation de la région, particulièrement touchée par l’épidémie de Covid-19. Mercredi, ces patients de Lyon, Bourg-en-Bresse et de Saint-Etienne ont été évacués vers Nantes, Saint-Nazaire et Angers à bord d’un appareil militaire A400M, a rapporté jeudi l’agence régionale de santé (ARS).

Au total depuis la mi-octobre, 43 transferts ont été effectués de la région Auvergne-Rhône-Alpes vers la Nouvelle-Aquitaine (23), les Pays de la Loire (18) et la Bretagne (2). En Auvergne-Rhône-Alpes, les indicateurs sont toujours à la hausse, faisant de cette région la plus touchée par la deuxième vague épidémique. « Selon les derniers chiffres disponibles, on est à un taux d’incidence de 866 pour 100 000 habitants et un nombre d’hospitalisés qui atteint 5 888 personnes, dont 717 en réanimation ou soins intensifs, pour une capacité de près de 1 000 lits », a détaillé un porte-parole de l’ARS. Les taux d’incidence les plus élevés sont toujours enregistrés dans la Loire et le Rhône, suivis par la Haute-Loire, l’Ain et l’Isère.

Notre sélection d’articles sur le coronavirus

Le Monde avec Reuters

Leave a Reply

%d bloggers like this: