Couvre-feu renforcé, reconfinement ? Emmanuel Macron va devoir trancher – Sud Ouest

Spread the love
  • Yum

La France va-t-elle devoir s’imposer un nouveau confinement, même moins radical que celui de mars ? Face à une situation “critique”, une série de réunions va avoir lieu mardi et mercredi et pourrait aboutir à un “durcissement” des mesures de lutte contre l’épidémie de Covid-19.

Conseil de défense dès ce mardi matin

Emmanuel Macron fait le point mardi matin lors d’un conseil de défense sur l’épidémie de Covid-19 pour préparer un nouveau tour de vis des mesures de lutte, qui pourrait aller jusqu’à un reconfinement. Le conseil de défense, tenu depuis 10h en présence du Premier ministre Jean Castex et d’une dizaine de ministres, est la première d’une série de réunions prévues dans les 48 heures.

“Il faut s’attendre à des décisions difficiles”

En fin d’après-midi, Jean Castex recevra les responsables politiques puis les partenaires sociaux à Matignon pour les “consulter” sur “les durcissements envisagés”. Puis un nouveau conseil de défense se tiendra mercredi matin pour prendre les décisions qui seront annoncées aux Français d’ici la fin de la semaine.

“Il faut s’attendre à des décisions difficiles”, a prévenu mardi le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, en écho aux propos alarmants tenus par plusieurs médecins ces derniers jours. “A un moment il faut prendre des décisions dures (…) comme tous nos voisins” européens, a-t-il ajouté sur France Inter, en faisant référence aux nouvelles restrictions prévues en Italie, en Espagne ou en République tchèque.

Le président du Conseil scientifique, Jean-François Delfraissy, avait préparé le terrain lundi en qualifiant la situation en France de “critique”, et en disant craindre que la deuxième vague soit “plus forte que la première”. 

Quelles options ? 

Le président du conseil scientifique voit”deux hypothèses” pour tenter de faire face :  
Un couvre-feu plus massif, à la fois dans ses horaires, dans son étendue au niveau du territoire national, et qui puisse également être mis en place le weekend”. Si cela ne suffit pas, un confinement pourrait ensuite être envisagé.
– La deuxième hypothèse est “d’aller directement vers un confinement”, mais “moins dur” et moins long que celui de mars à mai. Il “permettrait probablement de conserver une activité scolaire et un certain nombre d’activités économiques”, avec un recours accru au télétravail.

Selon RTL, l’instauration de nouvelles restrictions pourrait se faire plus localement, l’exécutif envisagerait ainsi, pour les villes de Paris, Lyon et Marseille, d’avancer l’heure du couvre feu à 19h et d’instaurer un confinement le week-end. Un reconfinement total est également étudié dans les zones les plus touchées.

L’opposition critique, des politiques résignés

Face à la perspective d’un reconfinement, l’opposition – Rassemblement national, France insoumise, PS ou LR – a critiqué le gouvernement, en lui reprochant son “imprévoyance”, une “absence d’anticipation” ou un manque de concertation. “Si on reconfine totalement comme on l’a fait en mars, ce n’est pas moins 10% de récession qu’on risque, c’est un écroulement de l’économie”, a de son côté craint le président du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux, sur RMC.

“Je préfère des confinements locaux à la Toussaint qu’un confinement généralisé à Noël, ce qu’il faut absolument éviter, c’est un confinement généralisé du pays qui mettrait toute l’économie par terre”, a déclaré Damien Abad, le chef de file des députés Les Républicains. 

“Ce qu’il faut, c’est agir maintenant pour freiner cette propagation particulièrement inquiétante”, a réagi sur Public Sénat l’ancien Premier ministre socialiste Manuel Valls qui attend “avec impatience et inquiétude les mesures qui seront annoncées”.

Le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, a d’ailleurs confirmé que le produit intérieur brut (PIB) français allait de nouveau baisser au dernier trimestre 2020, en raison des restrictions imposées par la deuxième vague. Si l’hypothèse d’un reconfinement général n’est plus taboue, la France est déjà de fait entrée dans un confinement partiel, puisque deux Français sur trois sont désormais soumis à un couvre-feu nocturne. Cela concerne 54 départements en plus de la Polynésie, soit 46 millions de Français privés de déplacements entre 21h et 06h du matin.

Leave a Reply

%d bloggers like this: