Coronavirus: qui est Didier Raoult, le médecin qui vante la chloroquine comme remède au Covid-19? – BFMTV.COM

Spread the love
  • Yum

Lutter contre le Covid-19 avec un traitement antipaludique, c’est le pari pris par Didier Raoult. Le nom de cet infectiologue marseillais, directeur de l’Institut hospitalo-universitaire (IHU) Méditerranée Infection depuis 2011, est dans tous les médias ces derniers jours.

Le médecin a mené un essai clinique sur 24 patients atteints par le nouveau coronavirus, en leur administrant de la chloroquine, commercialisée sous les noms de Nivaquine ou Plaquenil. Six jours plus tard, seuls 25% d’entre eux étaient encore porteurs du virus. En comparaison, 90% des patients traités sans chloroquine, à Nice et Avignon, seraient encore contagieux au terme de cette même période.

De nombreux spécialistes émettent toutefois des réserves sur cet usage détourné de la chloroquine, estimant que les essais effectués ne répondent pas à tous les critères nécessaires. Des critiques que Didier Raoult balaye d’un revers de la main, lui qui peut se targuer depuis peu de l’appui de Donald Trump, qui a salué ses travaux. Quant à ses contempteurs? “Des petits marquis parisiens”, réplique-t-il.

“Nous avons soutenu et autorisé l’essai du Pr. Raoult avec l’appui de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des comités de protection des personnes”, a déclaré le directeur général de la Santé Jérôme Salomon lors d’un point presse dimanche soir.

“Dans mon monde, je suis une star mondiale”

Lunettes encadrées par une longue chevelure grisonnante et une barbe assortie, Didier Raoult détonne parmi les 11 membres du conseil scientifique Covid-19 auprès du gouvernement. Et son franc-parler aussi. “Dans mon monde, je suis une star mondiale, je ne suis pas du tout à contre-courant. Je fais de la science, pas de la politique. Les maladies infectieuses, ce n’est pas très compliqué, c’est diagnostic et traitement”, assénait le médecin dans une interview parue samedi dans les colonnes de La Provence.

L’homme a aussi fait parler de lui dimanche. L’IHU annonçait dans un communiqué le dépistage de toutes les personnes “fébriles” qui se présenteraient, en dépit des consignes nationales. Ce lundi matin, une longue file s’amassait devant la Timone.

Collectionneur de bactéries et virus

Didier Raoult est né en 1952 à Dakar, au Sénégal. Fils d’un médecin militaire, il exerce à Marseille depuis plus de trente ans, ville où il est arrivé à l’âge de neuf ans avec ses parents. Il est considéré comme l’un des experts mondiaux en matière de maladies infectieuses et tropicales. Père de deux enfants, marié à une psychiatre, il s’était déjà fait remarquer par ses découvertes dans le passé. Dans ses locaux marseillais situés au coeur de l’hôpital de la Timone, il collectionne bactéries et virus, et en possède plus de 3000 parmi les plus dangereux au monde.

Il est le spécialiste mondial des Rickettsies, des bactéries intracellulaires notamment à l’origine du typhus. Didier Raoult a aussi décrypté le génome de la bactérie causant la maladie de Whipple, près d’un siècle après l’apparition de cette pathologie infectieuse.

C’est lui aussi qui a découvert Mimivirus, un virus géant qu’il a identifié en 1992 et baptisé ainsi en l’honneur de “Mimi l’Amibe”, un héros inventé par son père dans ses histoires destinées à lui expliquer l’évolution. Plus tard, le Marseillais découvrira Spoutnik, un virus nain capable d’infecter d’autres virus pour prospérer. Deux bactéries qu’il a identifiées avec ses équipes portent son nom: Raoultella planticola et Rickettsia raoultii.

Prises de position tranchées

A 18 ans, le jeune Didier Raoult était parti sur un navire de la marine marchande, avant de passer un bac littéraire à 20 ans, en candidat libre, puis d’entreprendre des études de médecine. Et de tailler sa route et de se faire un nom, en travaillant et en prenant des positions tranchées, comme sa dénonciation de l’interdiction du port du voile à l’université en 2016 ou encore ses doutes face au réchauffement climatique et à ces modèles mathématiques catastrophistes, qui ne seraient qu’une forme moderne de “divination”, relève l’AFP.

Dans la crise du coronavirus, peu importent les controverses. Didier Raoult ne semble pas changer sa ligne d’un iota. Dans une interview au Parisien publiée dimanche en ligne, il le prouve d’ailleurs à nouveau:

“Moi, comme n’importe quel docteur, à partir du moment où l’on a montré qu’un traitement était efficace, je trouve immoral de ne pas l’administrer. C’est aussi simple que ça.”

Leave a Reply

%d bloggers like this: