Coronavirus : que se passe-t-il quand mon département est en zone rouge ? – franceinfo

Spread the love
  • Yum

Le Premier ministre, Jean Castex, a annoncé lors d’une conférence de presse jeudi le passage en zone rouge de 19 départements où la circulation du virus est très active. Ils viennent s’ajouter aux Bouches-du-Rhône et à Paris, déjà concernés depuis plusieurs jours.

“Le virus progresse sur tout le territoire français, mais certains départements sont plus touchés que d’autres.” Le Premier ministre, Jean Castex, a rappelé jeudi 27 août que l’épidémie de Covid-19 est en “recrudescence” en France et a présenté de nouvelles mesures pour tenter de l’endiguer, lors de sa conférence de presse conjointe avec les ministres de la Santé et de l’Education, Olivier Véran et Jean-Michel Blanquer, sur la situation sanitaire.

Le chef du gouvernement a notamment annoncé que 19 nouveaux départements ont été placés en zone rouge, rejoignant Paris et les Bouches-du-Rhône. Les nouveaux départements concernés sont le Val-de-Marne, la Seine-Saint-Denis, les Hauts-de-Seine, l’Essonne, les Yvelines, le Val-d’Oise, la Seine-et-Marne, la Sarthe, le Rhône, la Gironde, la Haute-Garonne, l’Hérault, le Gard, le Loiret, le Vaucluse, le Var, les Alpes-Maritimes, la Guadeloupe et la Martinique.

Carte des 21 départements placés en zone rouge au 27 août 2020. 
Carte des 21 départements placés en zone rouge au 27 août 2020.  (CAPTURE D’ECRAN FRANCEINFO)

Pourquoi mon département est-il passé en rouge ?

Lorsqu’un département passe en zone rouge (aussi appelée “zone de circulation active du virus”), cela signifie que son taux d’incidence dépasse 50 nouveaux cas de Covid-19 pour 100 000 habitants en une semaine. Cet indicateur est calculé à partir des résultats des tests PCR. Le ministère de la Santé a défini deux niveaux : le seuil de vigilance, si plus de 10 personnes sont infectées sur 100 000 habitants, et le seuil d’alerte, quand ce chiffre atteint ou dépasse 50.

>>> INFOGRAPHIES. Coronavirus : seuil d’alerte dépassé dans sept départements, nombre d’hospitalisations en hausse… On fait le point sur quatre indicateurs épidémiologiques

La moyenne nationale du taux d’incidence est de “39 cas positifs pour 100 000 habitants”, soit “quatre fois plus qu’il y a un mois”, a précisé Jean Castex jeudi matin. Selon Santé publique France, l’incidence a augmenté de 42% entre la semaine du 3 et celle du 10 août.

Ce taux national est parfois largement dépassé dans les départements en zone rouge, pouvant atteindre 140 pour 100 000 dans les Bouches-du-Rhône, 103 à Paris, 88 en Guyane ou encore 65 dans la Sarthe.  

Qu’est-ce que ça change ? 

Le passage d’un département en zone rouge donne au préfet des “pouvoirs renforcés”, a rappelé Jean Castex. Cela lui permet de prendre des mesures complémentaires appropriées sur son territoire pour lutter contre le Covid-19, en fonction des “données épidémiologiques locales”. Le Premier ministre prend l’exemple des Bouches-du-Rhône où, depuis mercredi 26 août, tous les bars, restaurants et magasins d’alimentation doivent rester fermés de 23 heures à 6 heures du matin.

Jean Castex invite les préfets des départements concernés “à généraliser le port du masque dans l’espace public, au moins dans les grandes agglomérations et dans les grandes villes”, “après concertation avec les maires”. Comme l’avait annoncé le Premier ministre, le masque a ainsi été rendu obligatoire dans toutes les rues de Paris et de sa petite couronne (Hauts-de-Seine, Val-de-Marne, Seine-Saint-Denis). Une mesure qui s’appliquera dès vendredi matin à 8 heures

Parmi ces 21 départements classés en rouge, il sera, de plus, impossible “de déroger à l’interdiction des rassemblements de plus de 5 000 personnes”, a ajouté Jean Castex. Ces mesures “graduelles de prévention” adaptées au besoin des territoires visent à éviter un possible reconfinement à l’échelle territoriale ou globale.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *