Coronavirus : que sait-on du nouveau variant détecté en Bretagne qui échappe au test PCR ? – Midi Libre

Spread the love
  • Yum

La Direction générale de la santé (DGS) a annoncé, lundi 15 mars, l’apparition en Bretagne d’un nouveau variant du coronavirus. Huit personnes, au moins, en ont été trouvées porteuses. L’une des hypothèses est qu’il pourrait échapper aux tests de dépistage classiques.

Les autorités sanitaires françaises ont annoncé ce lundi 15 mars la mise en place, en Bretagne, d’un système de détection et de surveillance d’un nouveau variant du SARS-CoV-2.

On le sait, un virus mute. Et le SARS-CoV-2 n’échappe pas à la règle. En effet, plusieurs mutations sont apparues depuis la fin d’année 2020 dans plusieurs pays du monde, notamment au Royaume-Uni, au Brésil, en Afrique du Sud, en Californie… 

A lire aussi : Contagiosité, dangerosité, vaccin : ce que l’on sait sur les variants anglais, sud-africain, brésilien, californien

Où a-t-il été détecté ?

Ce dernier a été détecté dans le cadre d’un cluster au centre hospitalier de Lannion, dans les Côtes-d’Armor.

Le 13 mars, huit cas porteurs de ce variant sur un total de 79 cas de contamination par le nouveau coronavirus ont été identifiés, déclare la Direction générale de la santé dans un communiqué.

Comment a-t-il été repéré ?

Des investigations épidémiologiques et virologiques ont été menées sur les patients de Lannion, par Santé publique France et le CNR Virus des infections respiratoires.

Un variant “breton” fait l’objet d’investigations sur un possible “défaut de reconnaissance par les tests virologiques conduisant à un sous-diagnostic” et sur “sa transmissibilité, sa sévérité et le risque éventuel d’échappement immunitaire”.https://t.co/2VuSvpp9ul pic.twitter.com/wuM7Memzlt

— Nicolas Berrod (@nicolasberrod) March 15, 2021

Comme le rapporte Sud-Ouest, la “discordance répétée” entre les signes cliniques de présence du nouveau coronavirus et “des résultats cependant négatifs aux tests nasopharyngés”, ont incité les autorités sanitaires à diligenter des analyses moléculaires.

Quel est son niveau de dangerosité ?

Les autorités sanitaires estiment qu’il est raisonnable de classer ce variant sous surveillance, dans la catégorie VUI (variant under investigation) de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), mais les premières analyses de ce nouveau variant ne permettent de conclure ni à une gravité ni à une transmissibilité accrues, a ajouté la DGS.

Pourquoi suscite-t-il des inquiétudes ?

Si, à cette heure, il n’est pas question d’aggravation des symptômes, ni même d’un risque accru de transmission, ce qui suscite l’inquiétude concernant le variant de la Covid-19 détecté en Bretagne ces dernières semaines, c’est d’abord qu’il a été relevé chez des patients négatifs selon les tests PCR par prélèvement rhino-pharyngé, jusqu’ici présentés comme la pierre angulaire de la lutte contre la pandémie en France.

Leave a Reply

%d bloggers like this: