Coronavirus : prime aux familles, aux soignants… Voici les mesures du plan d’urgence économique – Sud Ouest

Spread the love
  • Yum

Ce mercredi, à l’issue du conseil des ministres, Edouard Philippe a présenté plusieurs mesures qui constituent les premières lignes d’un grand plan d’urgence visant à accompagner la France dans la crise liée à l’épidémie de coronavirus. Ce plan d’urgence sera porté à 110 milliards d’euros, contre 45 milliards d’euros prévus mi-mars dans un premier temps. “La riposte doit être à la hauteur du choc” a-t-il déclaré.

Voici l’essentiel des principales mesures : 

Un plan d’urgence porté à 110 milliards d’euros

Le plan a été intégré à un nouveau projet de loi de finances rectificative. Mi-mars, une première enveloppe de 45 milliards d’euros avait déjà été allouée pour faire face à la crise liée à la pandémie du coronavirus.”Le financement de l’activité partielle et porté à 24 milliards d’euros et le fonds de solidarité en faveur des très petites entreprises et des indépendants et porté à 7 milliards d’euros”, a détaillé le Premier ministre à l’issue du conseil des ministres.

Le projet prévoit également l’ouverture d’une enveloppe de 20 milliards d’euros et un “effort historique en faveur de notre système sanitaire” à hauteur de 8 milliards d’euros, notamment l’achat de matériel et de masques pour près de 4 milliards d’euros, ainsi que des primes exceptionnelles pour les personnels soignants. “Ce projet de loi de finances rectificative nous conduit aussi à réviser nos prévisions macro-économiques dans un climat d’incertitude extrême”, a poursuivi le chef du gouvernement, qui a estimé une contraction du produit intérieur brut de 8% pour un déficit de 9%, ainsi qu’une dette de 115% du PIB.

“Nous devrons prolonger ce plan, une fois la crise sanitaire maîtrisée, par des mesures ambitieuses de relance pour aider notre économie à redémarrer vite et fort”, a-t-il souligné. “L’objectif aujourd’hui, c’est de sauvegarder. Demain, ce sera de relancer.”

Une prime de 500 à 1.500 euros pour les soignants, dans les Ehpad aussi   

Le gouvernement va verser en mai une prime exceptionnelle de 1.500 euros aux personnels soignants des services de santé dans les départements les plus touchés par l’épidémie et à ceux des services ayant accueilli des patients Covid-19 dans les départements les moins touchés, a annoncé le Premier ministre Edouard Philippe. Les autres personnels de santé recevront une prime de 500 euros, a ajouté le chef du gouvernement à l’issue du Conseil des ministres, précisant que ces primes seront “nettes de tout”, c’est-à-dire exemptes de charges et d’impôts.

En outre, tous recevront une majoration de 50% de leurs heures supplémentaires, ce qui représente en moyenne plus de 600 euros par agent, également sans impôts ni charges, a ensuite souligné le ministre de la Santé Olivier Véran. Chaque agent recevra donc en moyenne 1.000 à 2.000 euros environ, a précisé Olivier Véran, avec un coût total pour l’Etat de 1,3 milliard d’euros.

S’y ajoutera une prime à venir pour le personnel du secteur médico-social, notamment celui des Ephad, qui ont dû se réorganiser, a ajouté le ministre. Les personnels des établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes ont fait “des efforts de réorganisation, d’adaptation de prévention, avec des mesures d’isolement collectif ou individuel et le maintien en poste dans des conditions parfois difficiles des soignants”, a-t-il souligné. Par conséquent, “il est tout à fait normal qu’ils puissent bénéficier d’une reconnaissance et ce sera le cas très prochainement à l’issue d’une négociation”, a-t-il ajouté.

Primes pour les familles : 150 euros par famille bénéficiaire du RSA

Le gouvernement versera le 15 mai une “aide d’urgence” de 150 euros par famille bénéficiaire du RSA ou de l’Allocation de solidarité spécifique (ASS), à laquelle s’ajouteront 100 euros par enfant, a annoncé mercredi le Premier ministre Edouard Philippe. Les familles qui ne bénéficient ni du RSA ni de l’ASS, mais qui touchent des aides au logement, percevront de leur côté 100 euros par enfant, a indiqué le chef du gouvernement, précisant que ces aides d’urgence profiteront au total à “plus de quatre millions de foyers”.

Leur versement “sera automatique, sans qu’aucune démarche ne soit nécessaire”, a encore indiqué Edouard Philippe. Cette “aide exceptionnelle de solidarité”, qui coûtera près d’un milliard d’euros à l’Etat, vise à répondre aux conséquences de la crise épidémique et du confinement sur les budgets des ménages les plus modestes, a souligné de son côté le ministre de la Santé, Olivier Véran. Du fait des tarifs sociaux dans les cantines scolaires, les familles ont des dépenses supplémentaires pendant la fermeture des écoles, puisqu’elles doivent nourrir leurs enfants à midi, a-t-il observé.

En outre, les aides seront utiles aux “travailleurs précaires qui ont perdu leur emploi juste avant ou pendant la crise, et qui ne bénéficient désormais que des minima sociaux”, mais aussi aux “ménages qui ont connu parfois une baisse importante de revenus occasionnels, comme des petits travaux qui leur permettent de boucler leurs fins de mois”, a-t-il fait valoir. Au total, cette aide d’urgence concernera 4 millions de foyers dans le pays. 

Chômage partiel

Le chômage partiel, qui concerne désormais désormais 8,7 millions de salariés français, coûtera 24 milliards d’euros. 

Leave a Reply

%d bloggers like this: