Coronavirus: pour Jean Castex, “il y a une reprise de l’épidémie”, mais “pas de quoi s’affoler” – BFMTV

Spread the love
  • Yum

Le Premier ministre a assuré ce mercredi matin qu’il ne fallait pas “s’affoler” à propos de la reprise de l’épidémie ces dernières semaines.

“Nous constatons, vous l’observerez d’ailleurs pas qu’en France, que partout en Europe il y a une reprise de l’épidémie, de ce qu’on appelle la circulation virale”, a déclaré le Premier ministre Jean Castex, invité ce mercredi matin sur France Inter.

“Je le dis tout de suite, il n’y a pas de quoi s’affoler. On n’est pas revenu à la situation (…) du mois d’avril, du mois de mai. Mais, malgré tout, il y avait encore il y a quelques semaines 1000 cas par jour qui étaient diagnostiqués, on est (aujourd’hui) autour de 3000 (cas par jour) (…). Il y a quelque chose qui se passe, même si, là encore, le critère le plus décisif, le plus lourd, le plus difficile, qui sont les admissions en réanimation, progressent mais extrêmement légèrement”, a-t-il poursuivi.

Il faut “vivre avec le virus”, a affirmé le chef du gouvernement. “Aucun élément en ma possession me permet de vous dire qu’il a baissé en virulence, je ne le crois pas (…). Nous devons prendre des mesures (…), nous ne baissons pas la garde. Le virus est là”, a-t-il ajouté.

Faire confiance “aux acteurs de terrain”

Est-on dans la deuxième vague de l’épidémie? “Tout dépend de ce nous appelons deuxième vague. Si la deuxième vague c’est les mêmes indicateurs que ceux du mois de mars ou d’avril, non”, a assuré Jean Castex. La France a fait “des progrès” dans le suivi de l’épidémie : “lors de la première vague, on avait des indicateurs assez rustiques et nationaux (…). Nous avons su nous doter d’outils de suivi territorialisés (…) et nous avons fait confiance aux acteurs de terrain” car “c’est localement qu’on prend les meilleures mesures”.

Sur le même sujet

En Mayenne, il y a quelques semaines, les indicateurs “s’étaient dégradés” et “on a fait confiance aux acteurs locaux”. “Des mesures correctrices, parfois un peu difficiles, ont été prises. Les chiffres de la Mayenne sont revenus dans des proportions raisonnables”, a noté le Premier ministre.

Jérémy Bruno

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *