Coronavirus : le traitement au plasma autorisé aux Etats-Unis, les restrictions se multiplient dans le monde – Le Monde

Spread the love
  • Yum
Le président américain, Donald Trump, lors d’une conférence de presse consacrée au traitement contre le Covid-19, à Washington, le 23 août 2020.

La situation sanitaire liée à l’épidémie de Covid-19 continue de se dégrader dans le monde, incitant de nombreuses capitales à durcir leurs dispositifs dans l’espoir d’éloigner le spectre d’une deuxième vague. Les restrictions se multiplient sur tous les continents, comme en Corée du Sud, au Paraguay ou en Finlande – où des mesures strictes aux frontières entrent en vigueur lundi 24 août.

La pandémie provoquée par le nouveau coronavirus a fait au moins 805 470 morts dans le monde depuis la fin de décembre 2019, selon un bilan établi par l’Agence France-Presse (AFP) dimanche à partir de sources officielles. Les Etats-Unis sont le pays le plus endeuillé avec au moins 176 765 morts. Viennent ensuite le Brésil (114 250), le Mexique (60 254), l’Inde (56 706) et le Royaume-Uni (41 423).

Lire aussi Coronavirus : visualisez l’évolution de l’épidémie en France et dans le monde
  • Donald Trump annonce l’autorisation élargie du traitement au plasma

Donald Trump a annoncé, dimanche, l’autorisation en urgence de la transfusion du plasma sanguin de personnes guéries du coronavirus à des patients hospitalisés. La transfusion de ce plasma – qui contient des anticorps – vise à permettre aux malades d’éliminer plus vite le virus et de limiter les dégâts sur l’organisme.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Covid-19 : Donald Trump s’empresse d’annoncer un accès élargi au plasma de convalescents

Le président américain a qualifié l’annonce de « percée historique » pour le traitement du Covid-19, de nature à « sauver un nombre considérable de vies ». Mais l’agence américaine du médicament (FDA) autorisait déjà la transfusion de plasma de personnes remises du coronavirus sous certaines conditions, dans le cadre d’essais cliniques ou pour des malades en situation désespérée. Dimanche, la FDA a rappelé qu’il n’existait pas, pour l’heure, de preuve formelle que l’utilisation de plasma était efficace.

Le traitement au plasma a déjà été autorisé en France, en Autriche, en Suisse, à Cuba ou en Chine. Une société polonaise de biotechnologie, Biomed Lublin, a annoncé, la semaine du 17 août, le lancement de la première phase de production d’un médicament contre le Covid-19 à base de plasma de mineurs guéris.

Lire aussi Le plasma de convalescent, une piste pour contrer le Covid-19
  • La situation sanitaire se dégrade en Italie et en France

Des vacanciers revenant de Sardaigne par ferry subissent un test de dépistage obligatoire, dans le port de Civitavecchia (Italie), le 23 août 2020.

Touchée de plein fouet en mars par l’épidémie, l’Italie est confrontée depuis plusieurs jours à une nette reprise de la circulation du virus favorisée par les déplacements et les activités estivales des vacanciers. Selon le dernier bilan publié dimanche, 1 210 nouveaux cas de coronavirus ont été recensés dans le pays en l’espace de vingt-quatre heures. Un tiers des cas enregistrés dans la région de Rome sont liés à des séjours en Sardaigne.

En dépit de cette brusque hausse de la courbe de contagion, le ministre italien de la santé, Roberto Speranza, s’est voulu rassurant dimanche, jugeant que la situation était sous contrôle et en excluant un reconfinement général de son pays. Au niveau local toutefois, l’inquiétude grandit. Le président de Campanie (autour de Naples) a ainsi suggéré de limiter de nouveau les déplacements entre régions d’ici la rentrée.

La situation se dégrade également en France, où plus de 4 500 nouveaux cas de Covid-19 ont été enregistrés entre samedi et dimanche. « Nous sommes dans une situation à risques », a mis en garde le ministre de la santé, Olivier Véran, dans un entretien au Journal du dimanche. Comme en Italie, un reconfinement général n’est toutefois pas à l’ordre du jour, les autorités privilégiant des mesures territorialisées et promettant des contrôles renforcés.

  • Paris va décider de mesures de « réciprocité » à la quarantaine au Royaume-Uni

La France va mettre en place des mesures de réciprocité à la quatorzaine imposée depuis la mi-août aux voyageurs arrivant au Royaume-Uni depuis l’Hexagone. « Ce sera au menu du conseil de défense [mardi]. Nous aurons une mesure qu’on appelle de “réciprocité” pour que nos amis britanniques ne ferment pas la frontière dans un seul sens », a fait savoir, lundi, le secrétaire d’Etat chargé des affaires européennes, Clément Beaune, sur France 2.

« Il y aura pour les voyageurs qui reviennent du Royaume-Uni sans doute des mesures de restriction décidées dans les prochains jours par le premier ministre et par le conseil de défense », a-t-il ajouté.

  • Les restrictions se multiplient partout dans le monde

Face à un rebond du nombre de cas, les restrictions se multiplient sur tous les continents. Séoul a étendu dimanche à l’ensemble du territoire sud-coréen les mesures déjà en vigueur dans la région de la capitale, fermant plages, restaurants, bars karaoké et musées, ainsi qu’en suspendant les rencontres sportives à huis clos. A partir de lundi, le masque est obligatoire dans les lieux fermés et les quartiers très fréquentés de Séoul.

Depuis dimanche, les quelque deux millions d’habitants d’Asunción, la capitale du Paraguay, et de ses banlieues, ne peuvent plus se déplacer librement que de 5 heures à 20 heures dans le cadre d’une « quarantaine sociale » prévue pour durer jusqu’au 6 septembre.

Le rétablissement de certaines mesures ne va pas sans heurts ni crispations. De stricts contrôles sanitaires instaurés au cours du week-end par Vienne à la frontière slovène ont ainsi provoqué d’immenses encombrements et suscité la colère de la police slovène et l’inquiétude de la Croatie.

Plus tragique, l’arrivée de la police venue faire respecter le couvre-feu sanitaire en vigueur à Lima, la capitale du Pérou, a entraîné une bousculade dans une discothèque, qui s’est soldée par la mort de treize personnes ce week-end, dont onze étaient infectées par le coronavirus.

  • Au moins trois millions de cas en Inde

Le ministère indien de la santé a fait état, lundi, de 836 nouveaux décès dus au coronavirus et de 61 408 infections supplémentaires, ce qui porte le total à 3,1 millions de cas de contamination et près de 57 500 morts à l’échelle nationale depuis le début de l’épidémie. L’Inde a dépassé les trois millions de cas dimanche. Celui des deux millions avait été dépassé 17 jours plus tôt. Il s’agit du pays le plus touché d’Asie et du troisième mondial derrière le Brésil et les Etats-Unis. Les autorités indiennes ne testant que les patients présentant des symptômes, les experts estiment que ces chiffres sont sous-évalués.

Notre sélection d’articles sur le coronavirus

Le Monde avec AFP

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *