Coronavirus : le risque de propagation est « très élevé » selon l’OMS – La Croix

Spread the love
  • Yum

« Nous sommes à un moment décisif », estime l’Organisation mondiale de la Santé. Vendredi 28 février, elle a porté au degré maximum le niveau de la menace liée au nouveau coronavirus, désormais classé « très élevé ». Au cours des deux derniers jours, le nombre quotidien de contaminations dans le monde a été supérieur à celui enregistré en Chine.

→ INFOGRAPHIE – Coronavirus : nouveaux cas en France, propagation en Italie… Où en est l’épidémie ?

« Aucun pays ne doit penser qu’il n’aura aucun cas chez lui, a déclaré le patron de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus. Ce serait une erreur fatale, littéralement. Le virus ne respecte pas les frontières ».

L’Afrique et l’Amérique latine touchées

Un premier cas a été diagnostiqué en Afrique subsaharienne, au Nigeria. Un Italien revenu de Milan le 25 février y a été hospitalisé après avoir été testé positif au coronavirus dans l’État de Lagos. « Le patient est dans un état clinique stable et ne présente pas de symptômes inquiétants », a précisé le ministère de la santé.

→ À LIRE. Covid-19, les Italiens oscillent entre psychose et réalisme

Deux autres cas de contamination ont été recensés ces derniers jours en Afrique, en Égypte et en Algérie. Ce très faible nombre de malades détectés dans les pays africains, aux systèmes de santé fragiles, intrigue les épidémiologistes, alors que plus de 83 000 cas ont été signalés dans plus de 50 pays.

L’Amérique latine est, elle aussi, touchée. Après le Brésil, c’est au tour du Mexique d’enregistrer un premier cas à Mexico. Le jeune homme infecté est considéré par les autorités comme le patient zéro, sans que l’on sache comment il a pu être contaminé.

En Chine, où le virus est apparu en décembre, le nombre de nouveaux décès et contaminations continue, en revanche, de diminuer grâce aux mesures de quarantaine visant plus de 50 millions de personnes. Les autorités ont publié vendredi un bilan de 327 nouveaux cas, le nombre le plus faible dans le pays depuis le 24 janvier, et de 44 morts. Au total, 78 824 cas et 2 788 morts ont été recensés en Chine continentale (hors Hong Kong et Macao) depuis le début de l’épidémie.

36 500 personnes guéries sur les 83 000 contaminées

Mais d’autres pays deviennent des sources de propagation du Covid-19, au premier rang desquels la Corée du Sud, l’Iran et l’Italie. Chez nos voisins transalpins, le coronavirus a déjà contaminé 650 personnes, dont 17 sont décédées. Rome a pris des mesures drastiques pour enrayer l’épidémie sur son territoire, comme la fermeture des écoles, l’annulation d’événements sportifs ou culturels et la mise en quarantaine de 11 communes du Nord, poumon économique du pays.

→A LIRE. Coronavirus : comment enseigner aux 2 000 élèves privés de classe ?

Vendredi, la Corée du Sud, principal foyer d’infection en dehors de Chine, a enregistré 571 contaminations supplémentaires, portant le total à 2 337 (dont 13 morts). L’Iran a fait état vendredi de la mort de huit personnes infectées parmi 143 nouveaux cas détectés ces dernières 24 heures, portant le bilan à 34 morts et le nombre de cas à 388. C’est le plus lourd bilan en termes de décès hors de Chine.

Dans le reste du monde, le coronavirus a contaminé plus de 5 000 personnes et fait plus de 80 morts. Un chiffre est toutefois rassurant : sur les 83 000 personnes à avoir été contaminées dans le monde, 36 500 sont guéries, selon un décompte effectué par l’université Johns Hopkins aux États-Unis, qui compile des données de l’OMS et des autorités sanitaires de chaque pays.

Leave a Reply

%d bloggers like this: