Coronavirus : le patient de Bordeaux est dans un état stable mais n’est pas encore guéri – Sud Ouest

Spread the love
  • Yum

Une conférence de presse a été donnée ce lundi au CHU de Bordeaux concernant le patient bordelais infecté par le coronavirus. Entre 30 et 40 journalistes étaient présents.

Ont pu répondre aux questions le directeur général du CHU de Bordeaux Yann Bubien, Michel Laforcade, directeur général ARS Nouvelle Aquitaine, Anne-Marie Rogues, chef du service d’hygiène hospitalière, Denis Malvy, responsable de l’unité maladies tropicales et du voyageur, Xavier Combes, chef du service SAMU-SMUR, Jean-Michel Dindart, médecin urgentiste SAMU-SMUR, Brigitte Bonpunt, cadre supérieur de santé, Michel Baron, directeur du groupe hospitalier Pellegrin.

Sud Ouest

Crédit photo : claude petit

« Une maladie nouvelle »

Le patient est toujours dans un état stable mais pas encore guéri. “Il entre dans la phase critique de la maladie qui se situe dans la seconde semaine, précise le professeur Malvy, responsable de l’unité maladies tropicales et du voyageur. Il s’agit d’une maladie nouvelle que l’on découvre.”

Une cellule de crise est installée au CHU de Bordeaux depuis vendredi en partenariat avec toutes les autorités sanitaires notamment l’Agence régionale de santé (ARS) qui se réunit plusieurs fois par jour avec un point quotidien en fin de matinée avec les équipes de l’hôpital Bichât de Paris où sont hospitalisés les deux autres cas déclarés. Les trois patients sont stables.

Hausse des appels au centre 15

Lors de la conférence de presse donnée ce lundi au groupe hospitalier Pellegrin à Bordeaux, il a été précisé que le centre 15 girondin connaît une hausse de 10% d’appels depuis vendredi, soit un millier d’appels quotidiens.

Un rappel des consignes à respecter a été fait. 

Six personnes au contact

Ce lundi, le directeur général de l’ARS, Michel Laforcade, a déclaré que les personnes au contact du patient hospitalisé étaient au nombre de six dont quatre d’entre elles étaient deux mères avec chacune un enfant, et qu’elles avaient été en contact dans la salle d’attente de SOS médecins. Il leur a été demandé un confinement chez elles de 14 jours où elles sont surveillés par le CHU.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *