Coronavirus : la vigilance passe aussi sur le réseau

Spread the love
  • Yum

Coronavirus : la vigilance passe aussi sur le réseau

Cela fait plusieurs semaines que le monde de la cybersécurité alerte sur le fait que les attaquants en tous genres n’hésitent pas à exploiter le thème du coronavirus dans le cadre de campagnes de phishing ou d’escroqueries.

Un message d’alerte aujourd’hui repris par des organismes français : la plateforme cybermalveillance a publié une page invitant les utilisateurs à la vigilance : « comme à chaque événement exceptionnel, il faut avoir conscience que les cybercriminels cherchent à tirer profit de la précipitation et de la baisse de vigilance des personnes directement ou indirectement concernées pour les abuser et qui va se retrouver amplifiée par l’accroissement de l’usage numérique lié aux mesures de confinement », expliquent les opérateurs de la plateforme Cybermalveillance.gouv.fr.

publicité

Méfiez-vous des imitations

Parmi les principales inquiétudes évoquées, la plateforme invite les internautes à se méfier des e-mails/appels suspects profitant du contexte de crise sanitaire pour soutirer des informations personnelles à l’utilisateur ou le rediriger vers des sites malveillants. De la même manière la plateforme invite à rester vigilant sur l’origine des téléchargements d’applications : on a vu au cours des derniers jours de fausses applications apparaître sur certains stores, prenant pour thème l’épidémie de coronavirus en cours pour inciter les utilisateurs à les télécharger. Google et Apple tentent déjà de limiter la diffusion de ces applications sur leurs stores respectifs.

Un exemple a déjà été identifié par la société DomainTools : l’application COVID19 Tracker, qui se présente comme une carte interactive permettant de suivre la propagation du virus, se révèle en réalité être un ransomware pour les téléphones Android, qui bloque l’accès aux données et exige une rançon pour les récupérer. Le genre d’ennuis dont on se passerait bien en période de confinement et de télétravail intensif. Enfin, Cybermalveillance appelle à la vigilance à l’égard des fausses campagnes de dons qui pourraient être organisées dans les jours à venir. Ce phénomène a déjà été constaté lors de l’incendie de Notre-Dame et on risque fort de voir ce type d’escroqueries refaire surface en profitant de l’excuse du coronavirus pour voler des fonds.

Pour les professionnels, la plateforme invite à se méfier des faux ordres de virement et à faire preuve de plus de vigilance qu’à l’accoutumée à l’égard des menaces “classiques” de type virus informatique et ransomware.

Une autre des menaces évoquées est la recrudescence de faux sites de vente de masques chirurgicaux, de gels hydroalcooliques et autres fausses propositions. Un aspect également signalé par l’UFC-Que Choisir : sur son site, l’organisation rappelle que la vente des masques FFP2 ou des masques chirurgicaux est sévèrement réglementée en France depuis le décret du 3 mars 2020. « Nombre de ces sites frauduleux ont été créés au mois de février. Dans le pire des cas, vous ne recevez rien ; dans le meilleur, vous réceptionnez un produit qui ne correspond en rien à sa présentation en ligne. Et dans tous les cas, vous serez débité… et non remboursé ! », indique ainsi l’UFC-Que Choisir, qui rappelle que la DGCCRF enquête sur les offres frauduleuses et invite les utilisateurs à signaler les sites suspects sur le service Signal Conso.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *