Coronavirus : “La deuxième vague arrive plus vite que nous la redoutions”, alerte l’Ordre des médecins – Midi Libre

Spread the love
  • Yum

Dans un entretien accordé au Journal du Dimanche, Patrick Bouet, le président de l’Ordre des médecins déclare que “la deuxième vague arrive plus vite que nous le redoutions”. 

Patrick Bouet, médecin généraliste et président du conseil national de l’Ordre des médecins, l’affirme ce dimanche 27 septembre, dans le Journal du dimanche (JDD) : “La deuxième vague arrive plus vite que nous le redoutions”.

Patrick Bouet, président de l’Ordre de médecin : “Les professionnels de santé, à l’origine du miracle du printemps, ne pourront pas pallier à nouveau les carences structurelles” https://t.co/w6To0yFFxQ


— Le JDD (@leJDD) September 27, 2020

Hausse des contaminations

Cette déclaration intervient alors que la France enregistre une hausse significative du nombre de contaminiations au Covid-19. En fin de semaine dernière, le pays enregistrait à nouveau un triste record, dépassant la barre des 16 000 malades.

Si rien ne change, la France devra affronter une épidémie généralisée

La France devra affronter, “si rien ne change, une épidémie généralisée” pendant de longs mois, avec un système de santé “incapable de répondre à toutes les sollicitations”, alerte encore le président du conseil national de l’Ordre des médecins.

Le tour de vis dans les grandes métropoles

Mercredi 23 septembre, en soirée, le ministre de la Santé, Olivier Véran, dévoilait une nouvelle carte de France. Le gouvernement a imposé aux principales métropoles du pays un sévère tour de vis, la plupart, dont Paris, étant désormais en “zone d’alerte” renforcée ou maximale comme Marseille et la Guadeloupe.

“Ce qui nous attend est une épreuve”

Pour Patrick Bouet, si “Olivier Véran a choisi un langage de vérité mercredi,  il n’est pas encore allé assez loin. Il n’a pas dit que, si rien ne change, dans trois à quatre semaines, la France va devoir affronter, pendant plusieurs longs mois d’automne et d’hiver, une épidémie généralisée sur tout son territoire“. 

Des professionnels de santé “épuisés, traumatisés”

“Ce qui nous attend est une épreuve. Mais les professionnels de santé, à l’origine du miracle du printemps, ne pourront pas pallier à nouveau les carences structurelles. Beaucoup sont épuisés, traumatisés”, prévient-il. Il a regretté que “le bilan de la première période n’ait pas été fait, pour mieux préparer à celle-ci”.

Travailler main dans la main avec la médecine de ville

“Il faut que la médecine de ville soit à même de bien coopérer avec l’hôpital”. Pour éviter un nouvel emballement incontrôlé de l’épidémie de Covid-19. ,

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *