Coronavirus: face à la reprise de l’épidémie, quelles sont les “décisions difficiles” que pourrait prendre… – BFMTV

Spread the love
  • Yum

Alors qu’un nouveau Conseil de défense doit se tenir ce vendredi, BFMTV.com fait le point sur les mesures que pourrait annoncer le gouvernement face à la reprise de l’épidémie.

Le gouvernement français “va être obligé de prendre un certain nombre de décisions difficiles“, “dans les huit à dix jours maximum, a estimé mercredi le président du Conseil scientifique, Jean-François Delfraissy, qualifiant d'”inquiétant” le niveau de l’épidémie de Covid-19 dans le pays. Des mots auxquels Emmanuel Macron a réagi ce jeudi matin depuis Ajaccio: “Nous avons à prendre des décisions malgré les incertitudes scientifiques”, a-t-il affirmé, promettant que ces décisions prises vendredi permettrait de “donner de la visibilité sur les prochaines semaines”.

Reconfinements localisés, fermeture des bars et restaurants dès 23 heures… Alors qu’un nouveau Conseil de défense doit se tenir ce vendredi, BFMTV.com fait le point sur les mesures que pourrait annoncer le gouvernement.

• Des reconfinements relocalisés?

Si depuis le déconfinement, scientifiques et politiques s’accordent à vouloir éviter à tout prix un reconfinement général de la population, le scénario de reconfinements localisés dans les zones où la circulation du virus est forte est envisagé depuis plusieurs semaines. Il pourrait s’agir d’une ville mais aussi simplement d’un quartier ou encore d’une école.

Pour le président de Bordeaux Métropole, un reconfinement local en Gironde est en effet “une possibilité”. “Si les gens laissent aller, considèrent que mettre le masque est une option et bien alors oui il y aura un reconfinement partiel”, a expliqué Alain Anziani sur BFMTV ce jeudi. “C’est un risque fort, un risque qui dépend de notre responsabilité.

Dans les autres villes dans le viseur du gouvernement, Marseille pourrait faire l’objet d’un reconfinement alors que lundi, quelques 70 patients étaient hospitalisés en soins intensifs, occupant presque la totalité des lits de réanimation dédiés au coronavirus dans les Bouches-du-Rhône. “A Marseille, il y a un sujet de sensibilité particulière (…) et donc il faut pouvoir prendre toutes les bonnes mesures”, a ainsi admis Olivier Véran, mardi sur France Inter, évoquant des réunions de travail entre le préfet et des élus locaux.

Pour ce qui est de Paris, la mairie dit vouloir tout faire pour éviter un nouveau reconfinement. Selon elle, si un reconfinement de la capitale intervient, il serait total, car un confinement quartier par quartier serait impossible à mettre en œuvre.

Ce jeudi, Emmanuel Macron a en tout cas assuré que les décisions prises vendredi seraient adaptées “localement”, mais “sans céder à quelque panique que ce soit”.

• Une interdiction des rassemblements de plus de 10 personnes?

Parmi les autres mesures envisagées par l’exécutif: interdire les rassemblements de plus de 10 personnes à l’image de ce qui a déjà été décidé dans les Alpes-Maritimes.

Ce mercredi, le préfet a annoncé “un encadrement strict de tous les rassemblements de plus de 10 personnes sur la voie publique ou dans un lieu ouvert au public”. “Les manifestations rassemblant à un moment donné plus de 10 personnes et jusqu’à 500 personnes (participants, organisateurs et prestataires compris) sont soumises à déclaration auprès de la préfecture trois jours minimum avant la tenue de l’événement”.

• Une fermeture des bars et restaurants à 23 heures?

Comme l’avaient déjà fait Marseille et le département du Nord, la préfecture des Alpes-Maritimes a aussi décidé de limiter les horaires d’ouverture des bars et restaurants.

Alors que le gouvernement affirmait dès fin août ne pas exclure de prendre cette mesure pour Paris, pourrait-elle être généralisée à l’ensemble du territoire?

• Un isolement des personnes vulnérables?

Ce mercredi, Jean-François Delfraissy évoquait aussi un renforcement de la protection des personnes âgées ou présentant un facteur de risque (diabète, obésité, maladies respiratoires…) afin de “créer une sorte de bulle autour de ces personnes”.

Si les modalités de cette protection restent pour le moment floues, cela pourrait passer notamment par un nouvel isolement des personnes âgées en Ehpad.

• Des mesures contraignantes pour l’isolement?

Ce vendredi, le Conseil de défense discutera du nouvel avis du Conseil scientifique, qui s’est dit favorable à ce qu’on puisse réduire la période de mise à l’abri dans un certain nombre de situations, passant de 14 à 7 jours.

Si la période d’isolement pourrait donc être raccourcie, elle pourrait aussi être plus contraignante. Cette période raccourcie à sept jours devra “absolument être respectée”, a insisté Olivier Véran sur France Inter mardi.

Le gouvernement pourrait par ailleurs décider de changer sa politique vis-à-vis des tests. “On est aujourd’hui l’un des pays qui teste le plus si l’on rapporte au nombre d’habitants”, a rappelé le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal, sur BFMTV ce jeudi.

Mais de reconnaître: “Nous avons cependant une difficulté sur la priorisation des tests. Nous avions arrêté une stratégie à la fin du mois d’août: les personnes vulnérables, celles présentant des symptômes ou les cas contacts devaient pouvoir être testées très vite. Nous avons mis en place des protocoles pour mettre cela en place”, détaille le porte-parole.

Cependant, devant les laboratoires d’analyses, les files d’attente ne cessent de s’allonger obligeant les badauds à attendre parfois jusqu’à cinq heures pour pouvoir faire le test de dépistage. “Nous allons réfléchir à comment être plus efficaces et à s’assurer que les gens avec une ordonnance sont bien prioritaires”, fait encore valoir Gabriel Attal.

Cyrielle Cabot Journaliste BFMTV

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *