Coronavirus : en Espagne, près de 300 000 personnes reconfinées – Le Monde

Spread the love
  • Yum
Checkpoint sur la route de Lérida, le 4 juillet.

La « nouvelle normalité » n’aura pas duré longtemps à Lérida, en Catalogne. Deux semaines après la levée de l’état d’alerte, le gouvernement catalan a ordonné, samedi 4 juillet, le « reconfinement périmétrique » de 38 communes de la zone agricole du Segria, où vivent près de 210 000 personnes, afin de contrôler une nouvelle vague de propagation de Covid-19. Dimanche 5 juillet, c’est le gouvernement galicien qui a bouclé à son tour le canton d’A Marina dans la province de Lugo, où vivent près de 70 000 personnes, à une semaine des élections régionales.

Depuis la fin de la « désescalade », le 21 juin, c’est la première fois que l’Espagne, où l’épidémie semble plus ou moins contrôlée, doit ordonner la fermeture de territoires aussi vastes, affectant tant de personnes. Alors que 21 morts et 2 028 nouveaux cas ont été recensés en une semaine en Espagne, portant à 28 385 le nombre de morts confirmés de Covid-19, les autorités régionales ne veulent pas prendre de risques.

Jusqu’à présent, les foyers d’épidémie détectés ponctuellement avaient donné lieu à des « reconfinements chirurgicaux ». Comme celui d’un immeuble de la ville de Santander, en Cantabrie, le 27 juin, dont les quelque 80 occupants sont interdits de sortir, même pour faire leurs courses – une tâche confiée à leurs proches –, après que quatorze cas confirmés y ont été détectés. Comme celui aussi d’un centre d’accueil de migrants de la Croix-Rouge à Malaga, en Andalousie, après qu’une centaine de pensionnaires ont été testés positifs. Ou encore d’un édifice d’Albacete, dans la région de Valence.

Neuf foyers localisés dans le Segria

En Galice, le bouclage de la région d’A Marina n’est prévu que pour cinq jours. Le souhait des autorités locales est qu’il soit levé vendredi et que les habitants puissent voter dimanche 12 juillet aux élections régionales, à l’exception de ceux qui ont été testés positifs. « La priorité numéro un est la santé publique », a toutefois insisté le président de Galice, le conservateur Alberto Nuñez Feijoo. Une centaine de cas ont été détectés ces derniers jours, correspondant à deux foyers affectant le personnel de plusieurs bars et restaurants.

Dans le canton du Segria, en Catalogne, la propagation de l’épidémie inquiète encore davantage les autorités sanitaires. Près de 400 personnes y ont été testées positives au nouveau coronavirus en trois jours, et 49 personnes sont hospitalisées, dont six en soins intensifs. Au total, neuf foyers ont été localisés, dont quatre dans des entreprises agricoles, un dans une usine agroalimentaire et un autre dans une pension où logent des sans-abri. Pis, plusieurs cas détectés dans d’autres provinces de Catalogne étaient passés par le Segria.

Il vous reste 49.41% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Leave a Reply

%d bloggers like this: