Coronavirus: Emmanuel Macron va-t-il annoncer un prolongement du confinement jusqu’à la mi-mai ? – LaDepeche.fr

Spread the love
  • Yum

l’essentiel Le chef de l’Etat doit prendre la parole ce lundi soir au sujet de la crise sanitaire du Covid-19. D’après ce que l’on sait, il pourrait annoncer la prolongation du confinement, se prononcer sur une fermeture éventuelle des frontières de l’espace Schengen cet été et sur le report ou pas des élections municipales. 

Sa prise de parole est attendue et ce n’est rien de le dire. D’abord prévue jeudi, l’allocution du Président de la République aura finalement lundi soir. Alors que le nombre de décès avoisine les 14 000 et que les Français vivent leur week-end de Pâques à la maison, Emmanuel Macron devrait se prononcer peu après 20 heures sur la prolongation du confinement et donner le là. En ce qui concerne la forme, d’après les informations de BFMTV, le chef de l’Etat prépare un discours relativement court d’une quinzaine de minutes qui se veut particulièrement solennel. On ne sait pas encore si cette allocution sera enregistrée comme les deux dernières ou diffusée en direct.

  • Une prolongation jusqu’à mi-mai ?

Selon le Journal du dimanche, Emmanuel Macron devrait acter la prolongation du confinement au-delà du 15 avril. ” Peut-être jusqu’à la fin mai, au moins jusqu’au 15 mai”, révèle au quotidien une source proche de l’Elysée. Donc pas de sortie de crise pour tout de suite. Prévisible, d’autant que vendredi dernier, le directeur de l’OMS a demandé de ” ne pas lever les restrictions trop rapidement “, pour ne pas ” entraîner une résurgence mortelle de l’épidémie “, et ce après s’être entretenu au téléphone avec le Président.

Par ailleurs, le conseil scientifique a préconisé au gouvernement d’aller au-delà des six semaines de confinement préconisées au départ. Et jusqu’à présent, Emmanuel Macron suit assez bien les recommandations de ce comité scientifique. Selon une source de la majorité citée par le JDD, le chef de l’État pourrait bien annoncer plusieurs semaines voire parler en mois du confinement à venir, ou en tout cas préciser une échéance plus longue que celles données jusqu’à présent. ” Plutôt que de prolonger tous les quinze jours, il est peut-être plus raisonnable de donner une échéance lointaine, quitte à la raccourcir si les choses s’améliorent”, explique ce témoin. Richard Ferrand, le président de l’Assemblée nationale semble aussi aller dans ce sens et prône un allongement important de la période du confinement. Il pointe notamment du doigt les jours fériés de mai, propices aux rassemblements.

  • Les frontières fermées cet été ?

Alors que l’Espagne a déjà fait savoir qu’elle pourrait laisser sa frontière fermée avec sa France pendant tout l’été, Emmanuel Macron envisagerait lui de fermer carrément les frontières de l’espace Schengen jusqu’en septembre. C’est en tout cas ce qu’il a glissé aux partenaires sociaux lors d’un échange téléphonique vendredi. Une telle mesure pourrait se traduire par des contrôles renforcés sur les entrées et sorties du territoire européen. Mais ce dispositif concernerait-il aussi les frontières entre pays européens ? Sûrement, selon un participant à cette conférence sociale : ” Il semblait clair que le propos du Président visait aussi la circulation entre nos pays “. 

  • Reprise de l’école en septembre et élections annulées ?

C’est le scénario qui semble se profiler. Le gouvernement serait favorable à une rentrée des classes en septembre pour les écoles primaires et maternelles. Ce report généralisé au moins à la fin de l’été, pourrait concerner également les universités. Pour ce qui est des élections municipales, après la tenue d’un premier tour largement contesté, plus personne ne semble envisager un second tour en juin comme le gouvernement l’avait évoqué. Même si Edouard Philippe doit toujours se prononcer le 23 mai, il y a fort à parier que les 5 000 communes qui doivent finaliser leurs élections patientent pendant plusieurs mois, si le scrutin n’est tout bonnement pas annulé. Sur le plan économique, il n’est pas exclu que Macron décide la nationalisation de grandes entreprises en difficulté pour compenser le manque à gagner. Chaque mois de confinement coûte en effet 75 milliards d’euros en termes de pertes de recettes économiques.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *