Coronavirus : Doses, âges, objectifs… La campagne de vaccination en chiffres – 20 Minutes

Spread the love
  • Yum
Une centenaire allemande a été vaccinée contre le covid-19 en Allemagne le 26 décembre 2020 — Matthias Bein/AP/SIPA

Les premières doses du vaccin développé par l’américain Pfizer et l’allemand BioNTech sont arrivées samedi sur le sol français. Dimanche est le jour de lancement concerté de la vaccination dans les pays de l’Union européenne.

La vaccination contre le Covid-19 devrait être déployée dans une vingtaine d’établissements pour personnes âgées la semaine prochaine, après le lancement symbolique de la campagne vaccinale dimanche dans deux structures, ont indiqué samedi des sources gouvernementales.

Voici quelques chiffres à retenir concernant les débuts de cette campagne de vaccination historique.

Comme prévu, les 19.500 premières doses du vaccin destinées à l’Hexagone sont arrivées tôt samedi matin sous bonne escorte de la gendarmerie à la pharmacie centrale de l’Assistance publique – Hôpitaux de Paris, en banlieue parisienne, dans un camion réfrigéré venu de l’usine belge de Pfizer.

Dans son avis favorable rendu public jeudi, la Haute autorité de santé (HAS) a estimé que si le vaccin de Pfizer et BioNTech a démontré une efficacité « importante » pour empêcher de développer le Covid-19, il n’existait « pour l’instant pas d’information sur l’impact de ce vaccin sur la transmission du virus ».

La campagne vaccinale qui débutera dimanche a essentiellement pour objectif de « réduire la mortalité et les formes sévères » de la maladie, a rappelé la Direction générale de la santé lors du briefing.

Ce vaccin, baptisé Comirnaty en référence à la technologie employée (ARN messager, mRNA en anglais), exige une logistique très spécifique puisqu’il doit être stocké entre -60 et et -80°C. Il peut être ensuite conservé entre 2 et 8°C, mais durant cinq jours maximum. Dans le vaste entrepôt de l’AP-HP, des employés masqués portant des gants de protection contre le grand froid ont transféré le produit dans des congélateurs spéciaux, avant de reconditionner dans un bac isotherme les premières doses promises à la réexpédition.

« Un planning de livraison des vaccins sera déterminé chaque fin de semaine précédente pour éviter des pertes », a expliqué le chef du pôle pharmacie hospitalière des Hôpitaux de Paris, Franck Huet, qui a salué un jour « historique ». « C’est un moment émouvant », a abondé Anne Darchy, pharmacienne de garde.

« Vingt-trois établissements » des régions parisienne, lyonnaise, lilloise et du secteur de Tours devraient commencer à vacciner dès la semaine prochaine, a précisé le cabinet du ministre de la Santé, Olivier Véran, lors d’un briefing de presse.

Dimanche, une dizaine de résidents de plus de 75 ans ainsi qu’un médecin ou professionnel de santé de plus de 65 ans seront vaccinés dans la matinée à l’unité de soins de longue durée de l’hôpital René-Muret (Assistance publique – Hôpitaux de Paris) à Sevran, en Seine-Saint-Denis. Ils seront autant à l’être en début d’après-midi au centre gériatrique de Champmaillot, qui dépend du CHU de Dijon.

  • Un million

C’est le nombre de vaccinés à atteindre d’ici fin février, parmi les personnes âgées de plus de 75 ans et professionnels de santé de plus de 65 ans et/ou ayant des risques de développer des formes graves de la maladie. Dans les deux premières semaines de janvier, la vaccination s’intensifiera pour atteindre une centaine d’établissements pour personnes âgées, puis devenir « massive » à partir de mi-janvier, selon l’entourage d’Olivier Véran.

Après la mi-février, tous les plus de 65 ans devront être vaccinés jusqu’au printemps, puis le reste de la population âgée de 16 ans et plus. Le gouvernement s’est fixé l’objectif de « 15 millions de vaccinations à l’horizon de cet été », a précisé Matignon, une échéance légèrement plus éloignée que ce qu’il avait annoncé.

C’est le nombre de personnes qui seront vaccinées malgré eux. La vaccination contre le Covid-19 n’est pas obligatoire. Réalisée sur prescription médicale, elle doit être précédée d’une consultation pré-vaccinale pour déceler d’éventuelles contre-indications, allergies ou infections, et recueillir le consentement de la personne. Si la personne ne peut donner un consentement « éclairé », son représentant légal, sa « personne de confiance », ou à défaut une personne de sa famille pourra faire le choix pour elle. Sans accord, il n’y aura pas de vaccination.

C’est l’âge de la première personne vaccinée samedi en Allemagne dans une maison de retraite de la région du Sachsen-Anhalt, dans l’est du pays. Edith Kwoizalla, 101 ans, résidente de ce centre situé à Halbertstadt, a été la première à recevoir le vaccin Pfizer-BioNTech, a indiqué à l’AFP son responsable Tobias Krüger, confirmant des informations de médias allemands.

Selon une étude CoviPrev de Santé Publique France, citée par France Inter, 60 % des personnes interrogées mi-décembre n’envisagent pas de se faire vacciner.

382 partages

Leave a Reply

%d bloggers like this: