Coronavirus : des vols avec la Chine suspendus, où en sont les opérations de rapatriement ? – Sud Ouest

Spread the love
  • Yum

Alors que le bilan de l’épidémie de coronavirus continue de s’alourdir, des milliers d’étrangers se trouvent parmi les millions de personnes bloquées dans la ville Wuhan. Le Japon et les États-Unis ont été mercredi les premiers pays à engager le rapatriement d’une partie de leurs ressortissants, d’autres pays ont suivi. 

Par ailleurs, plusieurs compagnies aériennes ont annoncé ce mercredi suspendre leurs vols vers la Chine continentale. Tour d’horizon : 

1. Wuhan : où en sont les opérations de rapatriement ?

Des milliers d’étrangers se trouvent parmi les millions de personnes bloquées dans la ville Wuhan. 

L’Australie veut envoyer ses évacués sur une île de l’océan Indien 

FRANCE. Paris prévoit de ramener les premiers Français de Wuhan « probablement vendredi ». Ils seront soumis à une quarantaine de 14 jours. Selon la Commission européenne, un deuxième avion français décollera « plus tard dans la semaine ». Au total, les deux appareils devraient rapatrier au moins 350 Européens, dont 250 Français. Les autorités sanitaires françaises ont souligné le caractère « exceptionnel » voire « inédit » de cette opération.

ÉTATS-UNIS. Un avion ramenant environ 200 Américains a atterri mercredi sur une base militaire américaine à Riverside en Californie, où ils vont être de nouveau examinés pour détecter d’éventuels symptômes. Le gouvernement américain n’a pas clairement dit comment il allait gérer les prochains jours pour ces passagers.

AUSTRALIE. Ils seraient 600 Australiens dans la région de Wuhan. Le gouvernement a annoncé mardi essayer de rapatrier tous ses ressortissants. Le Premier ministre a indiqué que l’Australie travaillait avec la Nouvelle-Zélande et chercherait aussi à aider les ressortissants des nations du Pacifique. Les évacués seront déroutés sur l’Île Christmas, un territoire de l’océan Indien accueillant en temps normal les demandeurs d’asile.

JAPON.  206 ressortissants japonais ont été évacués de Wuhan et sont arrivés mercredi matin à Tokyo. Une douzaine devaient être hospitalisés, mais pour l’heure aucun cas de contamination a été confirmé. Le gouvernement a annoncé le départ mercredi soir d’un deuxième avion, qui devrait rapatrier quelque 200 Japonais supplémentaires. Une mise en quarantaine d’office de tous les rapatriés japonais de Wuhan n’est pas prévue. Cependant les autorités leur ont demandé de ne pas sortir de leur lieu de résidence au Japon pendant deux semaines. Quelque 650 Japonais résidant à Wuhan, importante métropole et pôle industriel du centre de la Chine, ont exprimé le désir d’être rapatriés dans l’archipel.

L'appareil dépêché par le gouvernement japonais en lien avec les autorités chinoises s'est posé vers 8H40 heure japonaise à l'aéroport de Tokyo Haneda. Du personnel médical avait pris place à bord et les passagers avaient été interrogés durant le vol pour détecter d'éventuels symptômes.
L’appareil dépêché par le gouvernement japonais en lien avec les autorités chinoises s’est posé vers 8H40 heure japonaise à l’aéroport de Tokyo Haneda. Du personnel médical avait pris place à bord et les passagers avaient été interrogés durant le vol pour détecter d’éventuels symptômes.

Crédit photo : KAZUHIRO NOGI / AFP

ITALIE. Rome doit envoyer ce jeudi un avion à Wuhan, « avec à son bord du personnel médical spécialisé et l’équipement sanitaire nécessaire », indique le ministère des affaires étrangères, qui ne précise pas le nombre d’Italiens concernés.  À leur arrivée en Italie, les voyageurs devront suivre « un protocole défini par le ministère de la Santé ». On ignore si le protocole prévoit une mise en quarantaine.

ROYAUME-UNI. Les Britanniques évacués de Wuhan jeudi matin (ils sont 200 là-bas selon une estimation)  seront maintenus 14 jours en quarantaine par mesure de précaution. Les voyageurs seront emmenés dans une base militaire à leur arrivée au Royaume-Uni. 

ALLEMAGNE. Berlin n’a confirmé aucun plan d’évacuation, mais a déclaré envisager de nombreuses options pour environ 90 citoyens qui se trouveraient à Wuhan. 

ESPAGNE. Les autorités espagnoles travaillent en collaboration avec la Chine ainsi que l’Union européenne pour faire sortir leurs citoyens de cette zone selon le ministère des Affaires étrangères.

INDONÉSIE. Jakarta a indiqué que près d’une centaine d’Indonésiens vivent à Wuhan et 143 autres dans la province de Hubei. Le ministère des Affaires étrangères avait indiqué mardi ne pas avoir encore décidé d’un plan d’évacuation.

CORÉE DU SUD. Séoul doit envoyer cette semaine des avions affrétés à Wuhan, selon des médias, afin de rapatrier jeudi ou vendredi des centaines de Sud-Coréens.

PHILIPPINES. Le ministère des Affaires étrangères a indiqué mardi discuter de l’éventuelle évacuation de 150 Philippins se trouvant à Wuhan ainsi que de 150 autres établis dans la province du Hubei mais il n’a pas confirmé ses plans pour le moment.

2. Ce qu’ont décidé les compagnies aériennes

L’Allemagne et les États-Unis ont été lundi les premiers à déconseiller tout voyage en Chine et plus seulement dans le seul Hubei. Le Royaume-Uni a adopté la même recommandation mardi. 

Air France maintient ses vols pour Pékin et 13 autres destinations

Plusieurs compagnies aériennes ont pris la décision de suspendre ou de réduire leurs vols vers la Chine continentale face à la propagation du coronavirus. Voici un point de situation des compagnies aériennes qui ont communiqué sur le sujet.

BRITISH AIRWAYS : la compagnie britannique a annoncé mercredi la suspension immédiate de tous ses vols vers la Chine continentale. Une décision qui suit la consigne émise par le Royaume-Uni d’éviter de se rendre dans le pays. C’est la première compagnie européenne à annoncer une telle mesure.

LION AIR : le groupe aérien indonésien qui exploite la plus grande flotte d’Asie du sud-est va suspendre ses vols vers la Chine à partir du 1er février. Au total, ce sont plus de 15 destinations chinoises qui sont desservies par cette compagnie ou sa filiale Batik Air. Un million de touristes chinois se rendent chaque année en Indonésie.

LUFTHANSA : la compagnie allemande a annoncé mercredi la suspension immédiate de tous ses vols vers et en provenance de Chine continentale, jusqu’au 9 février. 

Myanmar National Airlines, Air KBZ et Myanmar Airways International : les trois compagnies birmanes qui relient la Chine, ont annoncé stopper leurs liaisons à compter du 1er février. 
 
UNITED AIRLINES : la compagnie américaine a annoncé mardi qu’elle suspendait « certains vols » vers Pékin, Shanghai et même Hong-Kong entre le 1er et le 8 février. Les autorités américaines ont conseillés à leurs ressortissants de ne pas se rendre en Chine en ce moment.

CATHAY PACIFIC : la compagnie dont le principal hub est installée dans l’aéroport international de Hong Kong a indiqué qu’elle allait « progressivement réduire », au moins de moitié, ses vols vers et en provenance de Chine continentale. Cette décision prendra effet jeudi, jusqu’à fin mars.

FINNAIR : la compagnie finlandaise qui a multiplié ces dernières années ses liaisons avec l’Asie va suspendre certains vols mais maintient des liaisons avec Pékin, Shanghai, Hong Kong et Guanghzou.

AIR FRANCE : la compagnie française a indiqué que pour l’instant son programme de vol demeurait inchangé. Comme les autres compagnies, elle a suspendu ses vols vers Wuhan, l’épicentre de l’épidémie, depuis le 24 janvier. Les dix vols hebdomadaires d’Air France pour Pékin et les treize pour Shanghai au départ de Paris, ville européenne la mieux connectée avec la Chine, sont pour l’heure maintenus.

SAS : la compagnie suédoise qui dessert une fois par semaine Pékin et Shanghai n’a pas suspendu ses vols mais assure « suivre les développements avec attention ».  

AIR ALGÉRIE : aucune annulation prévue.  

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *