Coronavirus, confinement, commerces, lycées : vers de nouvelles restrictions ? – RTL.fr

Spread the love
  • Yum

Le gouvernement garde le rythme. Après la conférence de presse tenue par Olivier Véran, la semaine dernier, c’est désormais au tour de Jean Castex de se plier à l’exercice. Le 12 novembre, le Premier ministre tiendra donc le point hebdomadaire sur l’évolution de l’épidémie en France et le confinement

Ce point presse sera précédé dans la matinée, par un Conseil de défense à l’Élysée dédié au Covid-19. Selon des sources concordantes au sein de la majorité citées par l’AFP, il sera cependant “trop tôt pour prendre des décisions” afin d’assouplir les restrictions, en dépit d’appels provenant notamment des petits commerçants. 

Selon les informations du Figaro, “de nouvelles restrictions devraient être prises jeudi matin lors d’un Conseil de défense sanitaire, avant d’être communiquées l’après-midi”. La fermeture des lycées et le renforcement du télétravail font partie des pistes à l’étude. 

Quid des commerces de proximité ?

Mais du côté de l’exécutif, on tempère ces annonces. La conférence de presse de Jean Castex sera “surtout pédagogique”, à en croire un conseiller de l’exécutif cité par l’AFP. “On ne s’oriente pas du tout vers un desserrage pour les commerces”, a-t-il ajouté. “C’est un peu tôt. Il y a des premiers indicateurs qui ont été évoqués par Olivier Véran mais la baisse n’est pas suffisamment forte et on n’a pas suffisamment de recul pour savoir si ce n’est que conjoncturel ou tendanciel”. 

Selon un cadre de la majorité interrogé par l’AFP, “ce n’est pas trahir de grand secret que de dire qu’il est très peu probable que le 12 novembre la situation soit allégée” pour ces commerces. “L’objectif est que d’ici le 1er décembre on puisse alléger la contrainte pour que les courses de Noël puissent se dérouler normalement. D’ici là, il faut faire appel à la discipline des gens”, a ajouté cette source. 

Quels scenarii pour la suite du confinement ?

Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a évoqué “trois scénarios possibles sur ce jeudi” : “Soit un maintien des règles telles que nous les connaissons aujourd’hui, soit un éventuel durcissement des règles sur certains points si cela s’avérait nécessaire, soit un éventuel assouplissement des règles sur certains points si cela s’avérait possible”. 

Le porte-parole du gouvernement a tenu à rappeler qu'”aujourd’hui il semble très tôt pour proposer un assouplissement des règles qui ont été fixées”. “L’épidémie continue de gagner du terrain”, a-t-il déclaré en faisant référence au taux de reproduction du virus “toujours au-dessus de 1” et “une situation “extrêmement difficile” dans les hôpitaux

“De premiers signaux indiquent, peut-être, le début d’effets liés aux mesures prises”, mais “il faut rester très prudent et regarder dans les prochains jours la situation”, a-t-il ajouté.

“Ne pas donner l’impression d’une amélioration”

Olivier Véran avait évoqué “un frémissement” et “une forme de ralentissement” dans la progression de l’épidémie. En coulisse, on corrige le tir. “Le compte n’y est pas du tout. Nous ne devons pas donner l’impression d’une amélioration”, a indiqué un proche du premier ministre au Figaro. “Ce n’est pas malin d’avoir communiqué en ce sens. Il aurait dû nuancer”, abonde un membre de l’exécutif.

Fidèle à elle-même, l’opposition juge les propos du ministre de la Santé prématuré. “C’est une annonce assez ridicule”, selon le sénateur Les Républicains Roger Karoutchi. Le député LR Philippe Gosselin met en garde contre les “discours contradictoires” envoyés aux Français. Les déclarations d’Olivier Véran pourraient apporter de la confusion en cas de “tour de vis”. “Les gens ne le comprendront pas, alors qu’on parlait d’embellie juste avant. Ça entame la confiance dans la parole publique. La confiance découle de la clarté”, ajoute-t-il.

La rédaction vous recommande

Lire la suite

Leave a Reply

%d bloggers like this: