Coronavirus : à Marseille, “la courbe frémit” mais “c’est trop tôt pour considérer que c’est stable”, estime Olivier Véran – La Provence

Spread the love
  • Yum

Le ministre de la Santé Olivier Véran fait face au grand jury LCI-RTL-Le Figaro, aujourd’hui. Interrogé sur la situation à Marseille (et à Aix), placée en “zone d’alerte maximale” depuis mercredi soir, et où bars et restaurants devraient fermer dès ce soir, le ministre a estimé que “la courbe frémit. C’est trop tôt pour considérer que c’est stable. Cela ne baisse pas assez vite et la tension sanitaire va de toute façon augmenter dans les prochains jours”.

Hier, dans son point de situation, l’AP-HM indiquait que 177 patients Covid étaient hospitalisés dans les établissements marseillais, dont 43 en réanimation.

Olivier Véran s’est également adressé indirectement au Pr Raoult. À la suite de l’annonce des nouvelles mesures, ce dernier avait écrit sur son compte Twitter : “Aujourd’hui, les données de Santé Publique France (consolidées) ne sont pas en mesure de justifier la moindre panique concernant la circulation du virus à Marseille. D’autres départements sont en revanche loin d’avoir atteint leur pic épidémique pour cette phase”. “Le professeur Raoult sait très bien que les cas graves affluent dans les hôpitaux”, a ainsi lancé le ministre de la Santé.

“Je crois que nous avons retrouvé le chemin du dialogue”

Après avoir essuyé les critiques des principaux représentants politiques locaux qui lui reprochaient notamment un manque de concertation, Olivier Véran a indiqué avoir contacté à plusieurs reprises Michèle Rubirola. “La maire de Marseille, je l’ai eue au téléphone un certain nombre de fois. J’ai dit aux élus que si l’on n’accompagnait pas les mesures proposées, on irait vers des mesures plus dures”.

Jouant la carte de l’apaisement, le ministre de la Santé a ajouté qu’il croyait avoir “retrouvé le chemin du dialogue”. “Il ne faut pas trop en faire sur la réaction des uns et des autres les premiers jours. Les décisions que j’ai eu à présenter, je les assume, elles ont été concertées et engagent notre responsabilité collective”, avance-t-il.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *