Coronavirus : à Lyon, pourquoi la 2e vague est beaucoup plus inquiétante – LyonCapitale.fr

Spread the love
  • Yum

A Lyon, la situation sanitaire est critique depuis plusieurs jours. Des patients sont déjà transférés vers d’autres régions. Tous les chiffres, tous les indicateurs, sont plus inquiétants qu’au printemps, lors de la 1ère vague. Et ça va être pire encore, ces prochains jours…

Mercredi dernier, il y a pile une semaine Lyon Capitale faisait un état des lieux sur l’évolution de l’épidémie à Lyon. Nous avions titré “situation alarmante dans le Rhône (lire ici). Un article factuel, à l’instant “T”, sur la circulation du virus. Que des chiffres. “Catastrophisme“, “alarmisme“, nous avaient répondu certains, y compris des élus du territoire.

Une semaine après, la France est au bord du reconfinement. Et Lyon, comme la région Auvergne-Rhône-Alpes, sont les plus touchées. “Le message n’imprime pas dans la population, nous martelait lundi encore un urgentiste de la Croix-Rousse à Lyon. La situation à Lyon est bien pire qu’au printemps. Mais la population ne l’entend pas, ou ne veut pas l’entendre. Elle ne comprend que quand elle est confinée“.

Le “pic” du mois d’avril déjà dépassé

Pire, depuis notre article de mercredi dernier, les chiffres se sont encore considérablement dégradés dans le Rhône et dans la région. Les transferts de patients de Lyon vers d’autres régions, moins touchées, comme la Nouvelle-Aquitaine et les Pays-de-la-Loire, ont commencé. Mais ces transferts seront-ils suffisants ? “On est submergés, constate l’urgentiste. A Lyon, on devrait être confinés depuis 10-15 jours déjà. On a tous peur de devoir à un moment donné, sélectionner des patients…”

Pour être très factuel, pour rester très factuel, pour mesurer cette “vague”, il y avait dans la région Auvergne-Rhône-Alpes 172 patients hospitalisés des suites du covid-19. 172. Un nombre qui est monté à 3055 au plus fort de la tempête dans la région le 13 avril. Soit près d’un mois après le début du confinement.

Ce mercredi matin, dans la région, alors qu’aucun confinement n’est encore en vigueur (seulement un couvre-feu nocturne depuis le 17 octobre), il y a déjà… 3951 patients hospitalisés des suites du covid-19 dans la région. Soit déjà 1000 patients de plus qu’au pic de la 1ère vague.

Ce graphique, tenu au jour le jour par Lyon Capitale depuis le 15 mars, résume parfaitement la situation.

L’appréciation pourrait être “nuancée” si on était, actuellement, de nouveau au pic. Mais ce n’est pas le cas, c’est loin d’être le cas. Les hospitalisations explosent depuis une semaine. Et ça va continuer.

Quelques chiffres dans la région :

  • 3951 patients hospitalisés des suites du covid-19 le mardi 27 octobre
  • 3691 le lundi 26 octobre
  • 2123 le lundi 19 octobre
  • 1263 le lundi 12 octobre
  • 927 le lundi 5 octobre
  • 839 le lundi 28 septembre
  • 763 le lundi 21 septembre.

Des prévisions alarmantes en réa

En réanimation, la hausse est un peu moins nette qu’au printemps. Elle est moins rapide. Mais comme il y a beaucoup plus de cas, elle est forcément très inquiétante pour les prochains jours et prochaines semaines. Une hausse moins rapide qui s’explique par une meilleure connaissance du virus qu’au printemps, donc par une meilleure prise en charge et donc par des patients qui restent moins longtemps en “réa”

Mais, dans la région, il y a déjà trois fois plus de patients en réanimation qu’au début du 1er confinement, le 17 mars. Trois fois plus. Le pic en “réa” dans la région lors de la 1ère vague (783 patients le 6 avril) n’est pas encore atteint cette fois, mais on s’y dirige vite, très vite…

Les chiffres en “réa” dans la région :

  • 496 patients en “réa” des suites du covid-19 dans la région ce mardi 27 octobre
  • 472 patients le lundi 26 octobre
  • 311 le lundi 19 octobre
  • 203 le lundi 12 octobre
  • 168 le lundi 5 octobre
  • 143 le lundi 28 septembre
  • 123 le lundi 21 septembre

Il ne faut évidemment pas oublier, en plus de tous ces patients “covid”, les patients “non-covid” en réanimation.

Pourra-t-on soigner tout le monde dans la région ?

A la base, il y a 550 lits de réanimation dans la région. Toutes les opérations non urgentes, dans tous les départements de la région, ont été déprogrammées. Vendredi, 731 lits étaient “armés”. 95 % des lits “armés” ce mercredi sont occupés. La région Auvergne-Rhône-Alpes peut monter jusqu’à environ 1250 lits de réanimation.

Lors de la 1ère vague, 1000 lits de réanimation avaient été armés dans la région pour accueillir tout le monde. Il faudra aller plus loin cette fois. En espérant pouvoir accueillir tout le monde et ne pas choisir les malades dans 10-15 jours…

Signe de la très forte tension, des patients de Lyon, de Saint-Etienne, de Roanne sont transférés depuis vendredi à Bordeaux, à Brive, à Poitiers, à Nantes, à Angers pour libérer en urgence des lits à Lyon et Saint-Etienne. Mais les responsable de ces régions ont déjà prévenu, ces transferts ne pourront pas s’effectuer éternellement…

Une hausse qui va se poursuivre

Et ce qui encore plus inquiétant, c’est que cette hausse dans les hôpitaux va se poursuivre ces prochains jours. Et même s’accélérer. Pourquoi ? Car les cas sont encore beaucoup trop nombreux dans nos départements. Beaucoup plus nombreux qu’il y a 15 jours. Hausse de cas positifs donc inéluctablement davantage d’hospitalisés ces prochains jours et semaines…

Le point sur le nombre de nouveaux cas dans le Rhône ici :

Bref, la situation est bien plus mauvaise qu’au printemps, en tout cas dans notre région.

Leave a Reply

%d bloggers like this: