Coronavirus: 1 695 cas confirmés en 24 heures, «la circulation du virus augmente» – La Voix du Nord

Spread the love
  • Yum

Le nombre de personnes diagnostiquées positives au Covid-19 a augmenté au cours des dernières 24 heures, mais le nombre de patients en réanimation a baissé, a indiqué mercredi la Direction générale de la Santé (DGS) dans un communiqué.

1 695 cas de coronavirus ont été confirmés entre mardi et mercredi, après avoir repassé la barre des 1 000 depuis fin juillet. 19 nouveaux clusters (foyers de contamination) ont été identifiés, pour un total de 294 encore actifs.

384 malades sont hospitalisés en réanimation, soit 4 de moins que mardi. Ce chiffre évolue en dents de scie depuis quelques jours, rompant avec le mouvement de baisse continu qui avait été observé depuis le 9 avril.

Neuf nouveaux décès ont été enregistrés depuis mardi. Le bilan des morts du Covid en France atteint ce mercredi un total de 30 305, dont 19 799 au sein des établissements hospitaliers et 10 506 en Ehpad et autres établissements sociaux et médico-sociaux. Ce dernier chiffre, qui date de mardi, sera actualisé le 11 août.L’Ile de France, la Provence-Alpes-Côte d’Azur, les Hauts-de-France et la Guyane regroupent 70 % des malades en réanimation, rappelle la DGS.

« L’action de chacun d’entre nous est déterminante »

Mardi, le Conseil scientifique qui guide le gouvernement dans la lutte contre le Covid-19 avait prévenu que la France n’est pas à l’abri d’une reprise incontrôlée de l’épidémie, et exhorté les Français à respecter les mesures barrières.

« On constate une augmentation des appels aux urgences, des hospitalisations et même des hospitalisations en réanimation », a confirmé Olivier Véran dans un entretien à Sud-Ouest mis en ligne mercredi soir.

Le nombre de tests réalisés, qui devrait monter à « 600 000 tests hebdomadaires réalisés cette semaine », peut expliquer en partie l’augmentation des diagnostics positifs, mais « pas seulement », indique le ministre de la Santé.

« La circulation du virus augmente », poursuit-il, « liée à des clusters consécutifs à des rassemblements où les gens relâchent leur vigilance ». « On ne fait pas face à une vague, mais on sent nettement des frémissements et l’action de chacun d’entre nous est déterminante pour limiter au maximum cette évolution », insiste le ministre de la Santé.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *