“C’était un garçon attachant, super gentil”. Adrien Derbez, convoyeur de fonds de 27 ans, a été interpellé ce mardi après-midi à Amiens (Somme) avec une grande partie du butin de 3,4 millions d’euros qu’il avait volé lundi. Travaillant en Île-de-France au moment de sa fuite, Adrien Derbez avait auparavant vécu à Amiens, il était alors licencié d’un club de boxe thaï.

“C’était un garçon attachant, super gentil”, se rappelle son ancien entraîneur, Didier Jumel. Dans la salle de boxe, trois affiches qui le représentent en tenue de combat sont accrochées sur les murs: “il me les avait rapportées de Thaïlande”, raconte l’entraîneur au Parisien.

“C’est monsieur tout le monde, c’est quelqu’un de tranquille, posé, discret… Pour moi c’est une erreur de parcours, j’ai du mal à imaginer un acte pareil”, raconte son ancien prof de boxe Thaï à BFMTV.

A son départ d’Amiens, l’entraîneur avait perdu contact avec Adrien Derbez.

“Quand il boxait avec nous, Adrien m’avait dit qu’il voulait devenir convoyeur”, déclare Didier Jumel dans Le Parisien. “C’était un bon élément. On discutait pas mal. On le chambrait sur ses origines marseillaises. Puis il a arrêté” le club, pour se rapprocher de Paris d’après le quotidien.

“Il n’était plus au club depuis deux ans. Je pensais qu’il résidait encore à Amiens, je ne savais même pas qu’il travaillait à Paris”, a-t-il également confié à un correspondant de l’AFP.