Plus de magasins ont fermé en 2017 que jamais auparavant. Les consommateurs se tournent vers les achats en ligne pour leurs besoins. Alors, comment les spécialistes du marketing communiquent-ils avec leurs consommateurs ?

Oui, Lifecycle Marketing a publié son dernier rapport “Surviving the Retail Apocalypse” [survivre à l’apocalypse du retail].

Des emails marketing, mais pas n’importe lesquels

Les auteurs de l’étude ont interrogé 1.000 consommateurs en juin 2018 afin de déterminer ce qui les motive à dialoguer avec les détaillants, à faire des achats et à rester fidèles à une marque.

Le rapport examine les opportunités et les tendances permettant aux spécialistes du marketing de s’assurer que leurs campagnes par courrier électronique se démarquent au cours de la période des fêtes.

Il est essentiel que les détaillants contactent les consommateurs avec les bons messages et les bons produits, le tout au bon moment.

Quarante-sept pour cent des consommateurs considèrent le courrier électronique comme le canal privilégié pour les communications de marque et la génération Z est plus susceptible que toutes les autres d’estimer qu’elle reçoit trop de courriels (68%). Pourtant, les communications par courrier électronique ne semblent pas bien fonctionner avec les consommateurs.

La surcharge de leur boîte de réception est la principale raison pour laquelle les abonnés ignorent les courriels marketing, suivis de près par des recommandations pour des produits (50%) et du contenu (41%) jugées non pertinentes.

 

Ces chiffres illustrent que de nombreux détaillants ne comprennent pas les préférences de leurs abonnés en termes de fréquence d’envoi, de délai et d’intérêt. L’étude souligne que seulement 37% des consommateurs déclarent que les communications qu’ils reçoivent des enseignes sont correctement personnalisées.

Trente-trois pour cent des abonnés ignorent les courriels marketing s’ils n’offrent pas de rabais ou la livraison gratuite, et 60% achèteront suite à la réception de tels courriels s’ils proposent justement ces éléments.

Le magasin n’est pas mort, il change

Selon l’étude, plus de quatre consommateurs sur 10 (42%) déclarent qu’ils ne se désabonnent pas des courriels qu’ils ne lisent pas, mais qu’ils se basent sur l’objet des messages pour décider de les ouvrir ou non.

Alors, comment les détaillants peuvent-ils prendre le pas sur la concurrence et convaincre les clients d’ouvrir des emails marketing ? L’enquête recommande de conserver un objet de courriel compris entre 1 et 20 caractères pour améliorer le taux d’ouverture.

Indiquer le nom des destinataires dans la ligne d’objet et inclure une offre permettent également de maximiser les chances d’ouverture du courriel. Autres techniques : l’utilisation des réseaux sociaux pour partager des messages drôles et intéressants, écrire des messages suscitant l’adhésion de votre audience, et encourager les commentaires positifs avec vos messages.

Neuf consommateurs sur dix (90%) achètent dans les magasins au moins une fois par mois et 60% affirment qu’ils font des achats en magasin car ils veulent voir les articles en personne.

Si vous êtes sur le point d’abandonner, ne désespérez pas. L’expérience en magasin n’est pas morte, elle est en train de changer.

Les détaillants devront veiller eux aussi à changer.

Article “How to survive the retail apocalypse” traduit et adapté par Christophe Auffray, ZDNet.fr