Cette semaine, Huawei va organiser sa conférence de presse pour sa dévoiler sa nouvelle gamme des Mate 30. L’un de ces smartphones, le Mate 30 Pro, sera extrêmement important pour le fabricant chinois, mais peut-être aussi pour l’ensemble du marché. En effet, le smartphone peut marquer un tournant.
Juste un smartphone, qui s’en soucie me direz-vous ? Et de toute façon, sans Google Play Store ni les applis Google, Huawei va connaître une grave désillusion puisqu’on peut penser au premier abord que personne n’achètera un tel smartphone dans nos contrées. Et pourtant, le Mate 30 Pro (et ses frères) pourraient changer le marché dans son ensemble.

Les problèmes avec les États-Unis obligent Huawei à livrer le Mate 30 Pro sans services Google préinstallés, et c’est assez triste. La majorité des clients seront en effet hésitants et se demanderont si Baidu Maps ou WeChat sont vraiment des alternatives intéressantes à Google Maps ou Gmail. Non, ils ne devraient pas, du moins pas directement.

Huawei doit sortir de sa zone de confort

L’embargo de l’administration Trump force Huawei et indirectement aussi les clients à sortir de leur zone de confort. Cela fait mal, car bien sûr, Huawei s’est installé très confortablement ici. La plateforme Google et les nombreuses autres relations d’affaires avec des entreprises américaines établies ont permis à la société sous la direction de Richard Yu pour passer en quelques années du statut de fabricant inconnu à celui de marque de premier plan. Peu importe que Trump cède ou non, des approches créatives dans une direction différente sont nécessaires.
huawei ceo richard yu Ce sont des moments passionnants pour Huawei et Richard Yu. © Huawei
J’avais déjà écrit il y a quelques semaines que Harmony OS et d’autres développements pourraient marquer la fin d’Android tel que nous le connaissons aujourd’hui, et que même pour Google cela ne serait pas forcément mauvais. Le Mate 30 Pro et les autres smartphones de cette série participeront à une nouvelle étape dans l’émancipation de Google, qui touchera non seulement Huawei, mais aussi les autres fabricants de smartphones Android.

Le fait que Huawei fabrique le meilleur matériel sur le marché est un fait avéré. L’appareil photo est parmi les meilleurs que vous pouvez acheter, les puces Kirin ont la technologie la plus avancée, la 5G de Huawei est en avance, la fabrication et le design sont à un niveau supérieur. L’entreprise a les ressources, à la fois financières mais aussi en termes de personnel, et la persévérance nécessaire pour créer quelque chose de nouveau dans le domaine du logiciel. Même si la route est semée d’embûches et que le succès n’est pas toujours au rendez-vous, Windows Phone, Blackberry OS et de nombreux autres peuvent en témoigner.

Les premiers pas vers l’émancipation

Si Harmony OS peut ou devrait maintenant être capable de surpasser Android à partir de 2020 n’est pas le point que je veux faire valoir. Huawei est contraint par les développements actuels de réduire sa dépendance vis-à-vis de Google et d’autres sociétés américaines qui dominent le marché des smartphones avec une puissance écrasante, si elle veut continuer à être au premier plan. Ainsi, avec le Mate 30 et les prochains smartphones Huawei, nous verrons de plus en plus loin Google et nous dirigerons vers un avenir moins marqué par l’influence américaine.

Samsung, Xiaomi, Oppo, Sony et Co. suivront ce développement de très près, non seulement en raison de la concurrence de Huawei, mais aussi pour leur intérêt personnel. Qui sait quelle cible le sort frappera la prochaine fois ? C’est un peu comme les YouTubeurs et Influenceurs qui basent leur activité uniquement sur des plateformes dont les règles sont complètement hors de leur contrôle. Si ceux-ci changent les règles du jeu ou bloquent l’accès, l’activité s’effondre. S’il est possible de mettre son propre modèle économique d’entreprise sur plusieurs piliers, de nombreux fabricants vont y réfléchir sérieusement. C’est la grande chance que Huawei a pour l’avenir.

Bien sûr, la route ne sera pas facile et Huawei n’y arrivera pas probablement avec le Mate 30 Le smartphone aura du mal à convaincre les clients d’acheter du bon matériel dans les deux sens. Mais la première étape est toujours la plus difficile, et il est fort possible que la direction choisie mène au succès !