Comment devenir un bon manager : cinq façons d’obtenir la confiance de votre équipe

Spread the love
  • Yum

Comment devenir un bon manager : cinq façons d'obtenir la confiance de votre équipe

Nous vivons une période compliquée : les dirigeants d’entreprise doivent désormais prendre rapidement des décisions qui peuvent avoir de graves répercussions sur leurs équipes de diverses manières. Les dirigeants des sociétés du numérique ne peuvent prendre ces décisions efficacement que si leur opinion est fiable et que leurs équipes soutiennent leur appel. Quelle est donc la meilleure façon d’établir la confiance en tant que dirigeant informatique ? Cinq experts nous donnent leurs meilleurs conseils.

publicité

Soyez aussi direct que possible

David Allison, responsable mondial de l’informatique chez First Quantum Minerals, affirme que l’instauration de la confiance est en soi un cercle vertueux. La seule façon d’établir la confiance est de décider de faire confiance à quelqu’un en premier lieu – et ce processus peut impliquer un pas vers l’inconnu.

« Dans tous les domaines de la vie, il faut prendre des risques. Parfois, on apprend qu’on ne peut pas faire confiance à quelqu’un et on est alors plus sage », explique-t-il. « Je pense que la confiance vient à plusieurs niveaux – faites ce que vous dites que vous allez faire ; faites savoir que votre parole vaut quelque chose. » Le dirigeant explique également que la façon dont il continue à établir la confiance est d’être aussi direct que possible.

Pour ce dernier, les chefs d’entreprise construisent la confiance en étant fidèles à leur parole, même si cela signifie parfois dire aux gens des choses qu’ils préfèrent ne pas entendre. « L’une des choses que j’apprécie vraiment chez First Quantum, c’est son approche directe. Bien sûr, le fait d’être direct rend certaines personnes un peu méfiantes. Et il est facile de savoir où l’on se situe dans cette entreprise car généralement les gens disent la vérité et ils parlent avec confiance et directement », dit-il.

Avant toutefois de prévenir. « Vous devez faire attention à ne pas abuser de cette position – et surtout si vous êtes en position d’autorité. Il est facile de recourir à l’intimidation, même sans s’en rendre compte. Etre direct, c’est s’assurer que les gens savent où ils en sont. »

Pratiquer la politique de la porte ouverte

Richard Gifford, DSI de Wincanton, affirme que pour établir la confiance en tant que manager, il faut être honnête avec son équipe. « Il s’agit de pratiquer une politique de la porte ouverte, afin qu’ils puissent venir discuter ouvertement avec vous de ce qu’ils ont en tête et qu’ils puissent vous voir soutenir cela. Ce genre d’approche simple a toujours bien fonctionné pour moi », explique-t-il. Pour lui, cette honnêteté doit toutefois s’accompagner d’un certain degré d’humilité car les gens ont de grandes préoccupations, tant au travail qu’à l’extérieur.

« Il est important d’être humble, surtout en ces temps difficiles, où les gens ont vraiment toutes sortes de problèmes. Je constate qu’au sein de notre département informatique, les gens se débrouillent mieux lorsqu’ils se font confiance, parce qu’ils parlent et sont honnêtes », dit-il.

« Après deux ou trois semaines de fermeture, la confiance au sein du département informatique et dans l’ensemble de l’entreprise était plus élevée que jamais, c’est donc un bon signe, malgré la pression de tout ce qui se passe. La clé du succès a été beaucoup de communication, d’honnêteté et d’humilité. »

Ne pas édulcorer les mauvaises nouvelles

Nick Burton, directeur de l’information et du numérique chez Avon International, affirme que la clé du succès pour établir la confiance est simple : il suffit d’être absolument sincère. « N’essayez pas d’enrober de sucre les mauvaises nouvelles ou les nouvelles difficiles. Soyez simplement honnête avec les gens. Montrez de l’empathie pour ce qu’ils vivent, et ne faites pas semblant d’en avoir. Vous devez vous soucier de vos collaborateurs et toujours essayer de faire ce qui est juste », dit-il.

Le dirigeant reconnaît que vous ne prendrez pas toujours les bonnes décisions en tant que chef d’entreprise. C’est là que vous devez être franc avec votre équipe et avouer lorsque vous avez fait un mauvais choix. « J’essaie juste d’être moi. Je n’essaie pas de prétendre être ce que je ne suis pas. Je m’habille comme je veux, je parle aux gens comme je veux parler aux gens, et j’espère que c’est respectueux, amical et attentionné parce que c’est comme ça que je pense être », dit-il.

« Nous sommes tous dans le même bateau. D’accord, je le dirige, et j’espère que je ferai du bon travail en faisant ce que je fais et en aidant l’équipe. Donc, être authentique – c’est vraiment ce dont il s’agit. »

Trouver un terrain d’entente

Lily Haake, responsable chez le recruteur Harvey Nash, n’est pas étrangère à l’importance de la confiance lorsqu’il s’agit d’une direction informatique efficace. En fait, elle affirme que la question “Quelle la meilleure façon d’établir la confiance en tant que responsable informatique ?” est l’une des questions clés qu’elle pose lorsqu’elle recherche des DSI pour ses clients.

« La réponse habituelle est “beaucoup de temps en face-à-face”, ce qui implique de rencontrer les gens de manière traditionnelle, ce qui n’est clairement pas possible en ce moment. Donc, à la place, ils s’assureront qu’ils ont bien des appels vidéo régulièrement », dit-elle.

Comme Richard Gifford, Lily Haake reconnaît qu’un sentiment d’humilité est essentiel pour instaurer la confiance chez les DSI. Elle affirme que de nombreuses personnes avec lesquelles elle s’entretient utilisent ce terme. « Les DSI parlent de leadership au service des autres et de faire preuve de vulnérabilité et d’humilité ; c’est très actuel en ce moment – défendre son équipe et la promouvoir. Il faut donc gagner les faveurs de ses équipes, mais aussi trouver un terrain d’entente avec les autres dirigeants de l’entreprise », explique la recruteuse.

Intégrer vos valeurs dans votre travail

Hany Choueiri, responsable des données à la Aldermore Bank, déclare pour sa part que les valeurs fondamentales de la banque – telles que l’ouverture, l’honnêteté, la transparence, la curiosité et la confiance – sont inscrites dans le travail que son équipe chargée des données entreprend, tant au sein du département que dans l’ensemble de l’organisation. « Lorsque nous avons examiné notre stratégie en matière de données, nous avons établi un lien entre les piliers de la stratégie et les valeurs et les promesses de la banque. Il y a donc littéralement un diagramme très puissant qui montre la stratégie et les piliers et comment ces choses sont liées aux promesses que la banque fait et ce que nous attendons de nos collègues », dit-il.

Selon ce dernier, cette approche conjointe fonctionne bien parce qu’elle montre comment le travail de son équipe chargée des données est lié aux valeurs générales de la banque. Il ajoute que l’ouverture s’étend à la manière dont son équipe interagit avec les employés dans toutes sortes de circonstances.

« Nous encourageons les gens à signaler, par exemple, les problèmes de qualité des données. Nous sommes là pour vous aider. Et c’est un renversement de situation : d’une fonction de conformité qui supervise tout, nous passons à un service qui aide les gens à faire leur travail en toute sécurité », conclut-il.

Source : ZDNet.com

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *