Comment Abdelhakim Sefrioui, radicalisé notoire, catalyse les haines en toute impunité sur le sol français – Le Figaro

Spread the love
  • Yum

Réservé aux abonnés

DÉCRYPTAGE – Suivi par les services de renseignement depuis des années, cet islamiste radical, imam autoproclamé, est un des acteurs clés du drame qui a conduit à la décapitation de Samuel Paty.

Abdelhakim Sefrioui derrière le portrait du Cheikh Yassine, le 9 août 2014, à Paris, lors d’une manifestation anti-israélienne.
Abdelhakim Sefrioui derrière le portrait du Cheikh Yassine, le 9 août 2014, à Paris, lors d’une manifestation anti-israélienne. Albert FACELLY/Divergence

Quel que soit son sort judiciaire à l’issue de sa garde à vue, Abdelhakim Sefrioui est un des acteurs clés du drame d’Éragny. C’est lui qui, soutenant le père d’une des élèves du collège où enseignait Samuel Paty, a diffusé des messages vindicatifs. Dénonçant un acte «abject», il y demande «la suspension immédiate de ce voyou (Samuel Paty)», dénonce le comportement «irresponsable et agressif» du professeur, conséquence selon lui de «l’appel du président de la République à haïr les musulmans». «Ça fait cinq-six ans, explique-t-il, que des enfants de 12-13 ans, des musulmans, sont choqués, sont agressés, sont humiliés devant leurs camarades.»

Prononcé au nom d’un «Conseil des imams de France», organe confidentiel qui tient à prendre ses distances avec Sefrioui, ces diatribes ne risquaient pas de passer inaperçues. Né en 1959 au Maroc, devenu Français après son mariage avec une convertie qui milite avec lui, l’homme est un vieux briscard de l’islamisme. Il est fiché S, inscrit au FSPRT – le

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 81% à découvrir.

Abonnez-vous : 1€ le premier mois

Annulable à tout moment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *