Combien de temps encore Trump peut-il contester le résultat des élections? – Le Journal du dimanche

Spread the love
  • Yum

Il ne veut rien lâcher. Contre les évidences, Donald Trump refuse toujours de concéder sa défaite à l’élection présidentielle américaine. La plupart des dirigeants mondiaux ont d’ailleurs commencé à appeler le président élu Joe Biden pour le féliciter, à l’exception notable du président russe Vladimir Poutine, du président brésilien Jair Bolsonaro et du chinois Xi Jinping. Jusqu’à quand Donald Trump va-il pouvoir continuer à tenir cette posture? Sa marge de manoeuvre juridique va se réduire dans les prochaines semaines. On vous explique pourquoi.

Comme c’est la tradition, ce sont les médias américains (CNN, Fox News, ABC, CBS, NBC, etc) qui ont annoncé le vainqueur de la présidentielle. Pour faire cette projection, les médias s’appuient sur les résultats non officiels transmis par les Etats. En effet, les comptages ne sont pas finis dans la grande majorité des Etats. Par exemple, à New York, seulement 84% des bulletins ont été dépouillés 8 jours après l’élection. En Alaska, le chiffre tombe à 75%. Mais la majorité d’entre eux ont presque fini leur dépouillement. Donald Trump espère toutefois encore changer le résultat grâce à des recours juridiques. Pour le moment, aucune fraude de nature à changer le résultat n’a été découvert dans l’ensemble des 50 Etats américains, rapporte le New York Times.

Chaque Etat doit approuver les résultats avant le 8 décembre

Dans les Etats clés de l’Arizona, du Nevada, de Géorgie, de Pennsylvanie, du Michigan et du Wisconsin, plus de 98% des bulletins ont été comptés mais les résultats ne sont pas encore définitifs. Ils le seront après la procédure de certification des résultats. Chaque Etat a fixé une date limite pour approuver définitivement les résultats au niveau local. Dans le Nevada, la date a été fixée au 16 novembre, en Pennsylvanie et dans le Michigan au 23 novembre, en Arizona, c’est le 30 novembre, et dans le Wisconsin, c’est le 1er décembre. La Géorgie doit, elle, approuver les résultats avant le 20 novembre mais les résultats étant très serrés, un recomptage des voix devrait être effectué.

Lire aussi – Présidentielle américaine : à Philadelphie, la haine en seul partage entre les partisans de Biden et de Trump

Tous les Etats doivent de toute façon approuver les résultats avant le 8 décembre, soit 6 jours avant l’élection officielle du président au collège électoral. Ce qui signifie que tous les recours juridiques devront être réglés au 8 décembre, affirme CNBC. Donald Trump ne pourra alors plus alléguer qu’il ne s’agit que d’un complot des médias ou que la justice va bientôt lui donner raison. En 2000, la Cour Suprême avait ordonné à l’Etat de Floride d’arrêter le recomptage des voix le 12 décembre. On était alors à 6 jours de la réunion du collège électoral et l’écart entre le républicain George W.Bush et le démocrate Al Gore était de 537 voix. Actuellement, Joe Biden a plus de 200.000 voix d’avance sur Donald Trump dans les Etats-clés.

Le 20 janvier, Donald Trump devra quitter la Maison-Blanche

Le 14 décembre, les grands électeurs votent et élisent le président. Ils ne sont pas tenus de respecter le vote populaire dans leur Etat. Mais c’est traditionnellement ce que la majorité d’entre eux font. Entre 1796 et 2016, il y a eu 180 votes contraires aux attentes lors des élections présidentielles. Ils n’ont jamais altéré le résultat final sur l’identité du locataire de la Maison-Blanche.

Lire aussi – Etats-Unis : malgré la victoire démocrate, le trumpisme est loin d’être mort

La procédure n’est toutefois pas encore terminée. Le 6 janvier, le nouveau Congrès se réunit pour compter les votes du collège électoral. Le président du Sénat, soit le vice-président Mike Pence, préside la séance et sera chargé d’annoncer le décompte final des grands électeurs favorables à Joe Biden et Donald Trump. Traditionnellement, ce vote n’est qu’une formalité mais qu’en sera-t-il cette année? En effet, les parlementaires des deux chambres (au moins un du Sénat et un de la Chambre des représentants) ont la possibilité de contester les résultats. Les deux chambres peuvent alors en débattre pendant maximum deux heures. Puis un vote est organisé dans chaque assemblée. Une telle requête n’aurait toutefois aucune chance d’aboutir étant donné que les démocrates détiennent la Chambre des Représentants.

Enfin, le 20 janvier, le nouveau président prend ses fonctions à 12 heures, heure locale, 18 heures, heure française. Donald Trump doit quitter la Maison-Blanche. S’il refuse de partir, la campagne de Biden avait relevé que “les autorités américaines sont parfaitement capables d’expulser les intrus de la Maison-Blanche”. Il est toutefois tout à fait improbable qu’on en arrive à cette extrémité. 

Leave a Reply

%d bloggers like this: