Présent notamment dans les confiseries, l’additif alimentaire E171 ou dioxyde de titane devrait être interdit dans les produis alimentaires. Le ministre de l’Economie Bruno Lemaire doit en faire l’annonce cette semaine.

L’ E171 est en sursis ! Cet additif alimentaire utilisé pour ses propriétés colorantes et opacifiantes, est constitué de particules de dioxyde de titane, notamment sous forme de nanoparticules. L’Agence nationale de Sécurité sanitaire de l’Alimentation, du Travail et de l’Environnement (ANSES), a remis son rapport au ministre de l’Economie, Bruno Lemaire. L’interdiction de l’E171 dans l’alimentation devrait donc être confirmée cette semaine, selon nos confrères d’Europe 1.

Des anomalies du développement ?

Les experts de l’ANSES estiment qu’il est impossible de lever les incertitudes sur l’innocuité de l’additif E171. « Certaines études mettent en lumière de nouveaux signaux tels que la modification de mécanismes biologiques cellulaires chez la souris. » L’ANSES mentionne aussi « des anomalies du développement chez des invertébrés ».

Cancer et E171 : un risque en suspens

En revanche concernant le potentiel risque cancéreux, l’ANSES se veut prudente. « Aucune des nouvelles études ne permet de confirmer ou d’infirmer le potentiel promoteur de la cancérogénèse du E171. »

Où se cache l’E171 ? Ce colorant tant décrié est également présent dans certains dentifrices mais aussi des médicaments. Pour le moment, aucune interdiction ne devrait concerner ces produits de la vie quotidienne.