Colère de Macron en Israël : Sainte-Anne, un lieu symbolique pour la France – Le Parisien

Spread the love
  • Yum

« Je n’aime pas ce que vous avez fait devant moi, sortez! » En quelques minutes, les images montrant l’altercation entre Emmanuel Macron et des policiers israéliens devant l’église Sainte-Anne de Jérusalem ont fait le tour du monde. Elles ne sont pas sans rappeler une altercation similaire, en 1996, devant le même édifice, alors que Jacques Chirac effectuait sa première visite en Israël en tant que président français. Mais pourquoi ce lieu de culte a-t-il, par deux fois, suscité des tensions entre un président français et la police israélienne?

La réponse est liée au statut de cette église. Sainte-Anne de Jérusalem, qui se trouve dans le quartier musulman de la ville, est l’un des quatre territoires français de Jérusalem. Cette église romane, construite au XIIe siècle par les Croisés, a été offerte à la France par l’Empire Ottoman en 1856.

Et c’est la présence de militaires, puis de policiers israéliens dans cette enclave française qui a provoqué la colère des deux présidents français, à plus de 20 ans d’écart.

Macron, 24 ans après Chirac

Le 25 octobre 1996, Jacques Chirac entame sa première grande tournée diplomatique. Alors qu’il se balade dans les rues de la Vieille Ville à Jérusalem, la présence d’un important service de sécurité israélien l’empêche de saluer les Palestiniens qui lui tendent la main. C’est là qu’il s’emporte et prononce le fameux « You want me to take my plane and to go back to France ? » (« Vous voulez que je reprenne mon avion et que je retourne en France, c’est ça ? »), depuis entré dans l’histoire.

Quelques minutes plus tard, le président français doit se rendre à l’église Sainte-Anne, comme Emmanuel Macron ce mercredi. Mais il refuse de rentrer dans l’église. En cause, la présence de soldats israéliens à l’intérieur du site. « Je ne veux pas de gens armés en territoire français… J’attendrai », explique alors Jacques Chirac.

Ce mercredi, c’est donc une scène étrangement similaire qui s’est produite à Jérusalem, lors du déplacement en Israël d’Emmanuel Macron. Alors que des policiers israéliens bloquaient l’entrée de l’église Sainte-Anne, le président s’est emporté, en anglais, avec un accent français rappelant celui de son prédécesseur.

« Sortez je vous prie, personne n’a à provoquer personne, c’est compris ? », a-t-il lancé. « S’il vous plaît, respectez les règles établies depuis des siècles, elles ne changeront pas avec moi, je peux vous le dire, a-t-il ajouté. C’est la France ici, et tout le monde connaît la règle. » Les policiers ont fini par libérer le passage, laissant le chef de l’Etat français entrer dans l’église.

VIDEO. « Depuis le matin, il y avait des accrochages » : le coup de colère de Macron en Israël décrypté

Quatre territoires acquis au XIXe siècle

La France possède trois autres territoires à Jérusalem : l’Éléona, terrain acquis la même année où s’élève l’église du Pater Noster, le Tombeau des Rois, fouillé par des archéologues français à partir de 1863 et donné à l’État français en 1886, et le monastère d’Abou Gosh, donné à la France en 1873 par le sultan Abdulaziz. Ces possessions françaises ont été consolidées par des accords internationaux au fil du XXe siècle.

Mais depuis quelques années, le Tombeau des Rois fait l’objet de querelles entre les deux pays. Fermé aux visiteurs depuis le début des années 2000, le lieu a rouvert ses portes en novembre dernier et les visiteurs doivent désormais s’enregistrer auprès du consulat de France à Jérusalem et qu’ils paient leur billet d’entrée (2,5 euros). Des conditions que supportent mal certains juifs orthodoxes, pour qui le Tombeau de Rois et un lieu de culte. Une association liée au grand rabbinat israélien conteste d’ailleurs l’acquisition par la France, à la fin du XIXe siècle, de cette nécropole royale.

Signe que l’incident avec Emmanuel Macron n’est pas isolé et que la présence française provoque des tensions, ce mercredi, un autre incident a eu lieu dans la matinée. Quelques heures avant l’arrivée d’Emmanuel Macron à l’église Sainte-Anne de Jérusalem, un accrochage a en effet opposé des membres du groupe chargé de sa sécurité et un membre des forces de sécurité israéliennes qui voulaient entrer dans la basilique.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *